^

Politique

Élections municipales

Bordeaux. Vincent Feltesse, ancien conseiller de François Hollande, se rallie à la candidature Hurmic

Vincent Feltesse, ancien membre de haut rang du Parti Socialiste, a annoncé ce vendredi qu’il soutenait la candidature de Pierre Hurmic. Un ralliement qui en dit long sur la nature du programme social-libéral du candidat EELV.

samedi 22 février

Vincent Feltesse, ancien maire de Blanquefort et ex-président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) [devenue depuis Bordeaux Métropole], vient d’annoncer son ralliement à la candidature de Pierre Hurmic, candidat EELV soutenu par le PS et le PC. Celui-ci avait déjà annoncé renoncer à une nouvelle candidature après son échec lors des élections municipales en 2014 face à Alain Juppé.

Le curriculum vitae de Feltesse en dit long sur la nature de la liste représentée par Pierre Hurmic. L’ancien maire de Blanquefort a été un haut cadre du parti socialiste jusqu’à sa rupture en 2019. Proche de François Hollande, il a été l’un des coordinateurs de la campagne du futur président avant de devenir conseiller du président de la République. Selon Le Figaro, il aurait été durant la mandature de Hollande l’un des « sept samouraïs » qui entouraient au plus proche le président. C’est dire si le personnage porte une responsabilité politique particulière dans l’ensemble des contre-réformes imposées durant le quinquennat.

Ce profil social-libéral est tout à fait compatible avec la démarche impulsée par Hurmic à Bordeaux, qui tente de déguiser son programme néolibéral derrière une teinte écolo. Celui-ci tente de faire croire qu’il serait possible de mettre fin au désastre écologique actuel sans rompre avec le capitalisme et en décrétant une « urgence écologique » sur la seule ville de Bordeaux.

Celui qui assume son statut de « bourgeois » a d’ores et déjà affirmé son intention de continuer la politique d’exclusion des classes populaires du centre-ville entamée par son prédécesseur en utilisant l’argument écologique. Dans une interview à Actu Bordeaux, il déclare : « J’entends souvent les gens me dire : vous, les écolos êtes contre la voitures, alors que nous n’avons pas le choix. Je réponds que c’est précisément notre rôle de leur trouver des alternatives. Le vélo et la marche en sont des exemples ». Celui-ci est également entre autres, pour l’augmentation des effectifs de la police municipale.

A l’opposé de cet échiquier politique, il y a Philippe Poutou, annoncé à 12% dans les sondages, devant le candidat de LREM et dont la liste a déjà tranché qu’elle ne se désisterait pas pour Hurmic en cas de second tour. Le porte-parole du NPA, soutenu par Bordeaux Debout et la France Insoumise, a une histoire commune, indirectement, avec Vincent Feltesse, mais de l’autre côté de la barricade et des intérêts de classe.

En tant qu’ouvrier, il a connu récemment la fermeture de son usine Ford et a été licencié après des années de bataille acharnée. Située sur la municipalité de Blanquefort, l’entreprise automobile avait bénéficié durant des années des largesses financières des collectivités territoriales et de l’Etat. 25 millions d’euros pour soi-disant « maintenir l’emploi » dont 2 millions d’euros venus de la collectivité Bordeaux Métropole dirigée à l’époque par Feltesse.

C’est aussi pour exprimer cette voix des ouvriers qui se battent, contre les fermetures d’usine et l’ensemble des réformes libérales, que Philippe Poutou sera présent dans ces élections, contre la compromission des pouvoirs publics au patronat. Dans le programme qui vient récemment d’être adopté en assemblée générale de la campagne, une ligne vient fait affaire écho à l’affaire de Blanquefort : les militants de Bordeaux En Luttes proposent la réquisition et l’expropriation des entreprises qui licencient et de mettre l’outil de production sous le contrôle démocratique des travailleurs.

C’est pour représenter cette voix, ouvrière et populaire, qu’il faudra voter et faire voter Philippe Poutou le 15 mars prochain et s’opposer au projet des candidats bourgeois qui cachent le même projet néolibéral derrière leurs différentes étiquettes politiques.

Crédit photo : ARCHIVES SUD OUEST / FABIEN COTTEREAU




Mots-clés

Bordeaux en luttes   /    Municipales   /    Philippe Poutou   /    Bordeaux   /    François Hollande   /    Politique