^

Politique

Etat policier

Canon à eau, lacrymos : toujours plus de répression pour évacuer République

L'arrivée du cortège à République où se terminait la manifestation a été une nouvelle fois le théâtre d'une très forte répression, entre interpellations, blessés et canon à eau...

samedi 12 décembre 2020

Lors de son arrivée sur la Place de la République, lieu de fin de la manifestation, les policiers ont à l’image d’une journée marquée par le sceau de la répression , une nouvelle usé sans commune mesure de la force pour évacuer les manifestants et vider la place. Gazs lacrimos, canon à eau, coups de matraques et nouvelles charges policières sont utilisés pour mettre un terme à la manifestation.

Sur la place de la République, les canons à eau sont utilisés sur les manifestants

A l’image d’une manifestation qui aura fait de trop nombreux blessés dans les rangs des manifestants , un homme gravement blessé au visage est évacué place de la République.

Les interpellations se poursuivent place de la République, dépassant les 119 interpellations. Ces nombreuses gardes à vue, dont se félicite le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, révèlent la stratégie mise en place toute la journée par la préfecture et le gouvernement. Celle de tenter de casser par tout les moyens la mobilisation, que ce soit par l’intimidation ou par l’emploi d’une grande violence pour délégitimer le mouvement et laisse toute place à l’orchestre médiatique sur les « black block » et « l’ultra gauche ».

Après un traitement de faveur tout au long de la journée [pour certains journalistes – > https://www.revolutionpermanente.fr/VIDEO-La-police-veut-faire-passer-des-journalistes-dans-le-fichier-des-personnes-recherchees] un journaliste a été arrêté place de la République.

La police tente à tout prix d’évacuer la place de la République, les dernières sommations puis une nouvelle fois des charges policières, symbole de la manifestation parisienne, sont utilisées.

Les derniers manifestants sont poussés vers le métro par les policiers,

Outre les quelques derniers manifestants encore sur place, la place de la République est désormais pratiquement vide, complètement occupée par un dispositif policier particulièrement massif.

Sur le modèle d’une journée de manifestation particulièrement marquée par une répression d’une grande intensité, l’évacuation de la place de la République s’est une nouvelle fois faite dans la violence. Le gouvernement au travers de la mise en place d’un tel dispositif tout au long de la journée a montré la réponse qu’il donnait aux manifestations contre les lois liberticides et islamophobes. Cette réponse est celle de toujours plus de répression, d’interpellations, de blessés, de charges des policiers.




Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Séparatisme   /    Répression policière   /    Violences policières   /    Politique