^

Monde

Chili : des émeutes à Santiago contre la misère et la faim

Des émeutes ont éclaté lundi dans une ville pauvre de la banlieue de Santiago du Chili, El Bosque, pour protester contre les pénuries alimentaires en temps de confinement. Une vingtaine de personnes ont été interpellées.

mardi 19 mai

crédit:AFP/Pablo Rojas

Des habitants de la commune d’El Bosque, dans la zone sud de la région métropolitaine de Santiago, ont été sévèrement réprimés par les forces spéciales des carabiniers alors qu’ils protestaient contre le manque de nourriture et le fait que le gouvernement abandonne totalement la population à son sort.

Le gouvernement du président Sebastian Piñera avait décrété vendredi le confinement de toute la population de la région de la capitale, qui concentre 80 % des cas de coronavirus du pays. Mais depuis des mois déjà, l’activité économique, entre autres celle des commerces, de la construction et de divers services, a été ralentie pour tenter de freiner l’épidémie. Cependant, aucune mesure n’a été prise pour venir en aide aux personnes qui se retrouvent sans emploi et nombreux sont ceux qui se retrouvent sans revenus et sans pouvoir se nourrir.

Les habitants d’El Bosque se sont donc organisés et sont descendus dans la rue lundi à midi où ils ont dressé des barricades avant que la police n’intervienne pour réprimer les manifestants à coup de gaz lacrymogène et de canon à eau.

"L’Etat aide les hommes d’affaires et les banques. Ce n’est pas contre la quarantaine [que l’on proteste], c’est contre la faim", a déclaré l’un des voisins.

Une autre habitante raconte également : "Je suis toiletteuse pour chiens, j’ai une petite entreprise. A moi on ne donne aucune subvention étatique. J’ai quatre enfants, moi on ne m’aide pas parce que j’ai un commerce".

Dans la nuit du dimanche 17 mai, le président Piñera a annoncé la distribution de 2,5 millions de paniers alimentaires aux familles les plus pauvres. Une mesure totalement insuffisante compte tenu du nombre important de personnes qui se sont retrouvées au chômage sur la période janvier-mars : 80 1800 chômeurs, selon le dernier rapport de l’Institut de statistique (INE).

El Bosque n’est pas la seule commune qui traverse une situation aussi catastrophique. Des milliers de travailleurs à travers le pays dénoncent l’augmentation des licenciements et des suspensions de salaire, ce qui fait que plus d’un million de personnes sont actuellement sans emploi ou sans revenus, et des milliers de familles de travailleurs et des secteurs populaires sont plongés dans la misère et l’incertitude. Dans la nuit de lundi à mardi, des manifestations ont continué à avoir lieu à Santiago mais aussi dans d’autres villes.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Coronavirus   /    Crise sociale   /    Chili   /    Monde