^

Monde

Un modèle ?

Chine. Des habitants confinés manifestent contre le coût élevé des produits de première nécessité

A l’autoritarisme maintenant s’ajoutent la spéculation et les difficultés économiques qui pèsent sur les plus pauvres.

mardi 17 mars

Depuis quelques jours, la gestion chinoise de l’épidémie de Covid-19 est présentée par beaucoup comme ayant été «  exemplaire  ». Certains nuancent en rappelant les violations aux Droits de l’Homme, en atténuant cependant leurs conséquences. Et c’est ainsi que les méthodes les plus drastiques, mais aussi l’incompétence qui les a précèdées, sont «  importées  » par des pays développés comme l’Italie ou la France. Pourtant, maintenant que l’épidémie en Chine semble avoir passé sont pic et qu’il y a de moins en moins de nouveaux cas, les mécontentements sociaux commencent à émerger plus ouvertement.

Ainsi, le journal South China Morning Post rapporte que, la semaine dernière, un groupe de résidents de Yingcheng, une ville de 600 000 habitants située à une heure de Wuhan, a bravé l’obligation de confinement pour protester contre les prix élevés des produits de première nécessité. Tout a commencé quand la police a arrêté un homme qui vendait des produits à des prix inférieurs à ceux des réseaux d’approvisionnement officiels. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées sur le terrain de basket d’un complexe d’habitationsl abritant 8 000 résidents. Les personnes interviewées ont expliqué qu’elles en avaient marre de payer des prix gonflés alors qu’elles étaient forcées de rester confinées chez elles.

Mais le prix élevé des produits de base n’est pas la seule raison de mécontentement. En effet, les secteurs ouvriers, les plus précaires, les petits commerçants sont très fortement atteints par les pertes de revenus liées aux mesures de quarantaine. Comme l’explique le Financial Times  : «  La colère face à la perte de revenus et à l’insécurité de l’emploi commence à se faire sentir. La semaine dernière, les propriétaires de magasins ont organisé des manifestations de petite envergure dans au moins six villes, du nord-est industriel de la Chine au centre manufacturier de Guangdong, dans le sud (...) Les manifestants ne seront probablement pas une exception. Les petits commerces familiaux, les échoppes de rue, les restaurants clandestins et autres petites entreprises emploient 230 millions de personnes et sont particulièrement vulnérables aux chocs car ils disposent de moins de capital et sont moins en mesure d’emprunter  ».

Cette situation et ces expressions de mécontentement, dans un pays où le régime est très répressif, viennent contredire le récit que le gouvernement chinois essaye d’imposer à propos de sa gestion de la crise. Une gestion qui, malgré les mesures spectaculaires, a été catastrophique  : tout d’abord les autorités ont essayé de museler les voix qui avertissaient du danger imminent, en niant même leur existence, ensuite le gouvernement a opéré un tournant drastique et dramatique mettant au moins 50 millions de personnes en confinement strict pour compenser sa négligence criminelle des premières semaines. Aujourd’hui que l’épidémie semble se calmer et que son épicentre s’est déplacé vers l’Europe, certains dirigeants chinois vont jusqu’à alimenter des théories du complot, pour le moins farfelues.

Mais ce qui se passe en Chine doit aussi nous alerter en Europe, et particulièrement ici, en France, où le gouvernement a décrété des mesures de confinement laissant beaucoup de flou, et surtout où les capitalistes des grandes surfaces et des groupes pharmaceutiques pourraient être tentés de faire grimper les prix face à la forte demande des personnes qui, inquiètes de la situation, se ruent vers les supermarchés et les pharmacies. Simultanément, le cours répressif que prennent les mesures de confinement en France, en réplique de l’antécédent chinois, ne présage rien de bon, notamment pour les populations ouvrières, et les quartiers populaires.

Comme l’exemple chinois l’atteste, il est urgent que le gouvernement interdise toute augmentation des prix des produits de première nécessité sur l’ensemble du territoire et qu’il assure l’approvisionnement pendant cette période incertaine qui s’ouvre en France. Mais il est à craindre qu’il ne soit pas plus enclin à interdire cette augmentation des prix qu’à interdire les licenciements, comme s’y est refusé Edouard Philippe lors de son allocution télévisée, à l’issue du premier jour de confinement.




Mots-clés

Coronavirus   /    Chine   /    Monde