^

Genres et Sexualités

"Les droits des femmes ne se négocient pas"

Des milliers de femmes dans les rues contre les négociations entre la droite et l’extrême droite en Andalousie

Ce mardi 15 janvier, des milliers de femmes ont manifesté dans les rues en Andalousie et dans beaucoup de villes du reste de l’État espagnol contre les négociations pour gouverner l’Andalousie entre les partis de droite PP et Ciudadanos et le parti d’extrême droite Vox. Ils négocient un programme ouvertement réactionnaire anti-migrants, anti-ouvrier, anti-démocratique et anti-féministe. Les femmes ont répondu dans la rue.

mardi 15 janvier

Crédit photo : capture d’écran vidéo RTVE

Ce sont des milliers de femmes qui sont à l’avant-garde de la résistance contre l’extrême droite dans l’État espagnol. Pour dénoncer le pacte gouvernemental entre le PP, Ciudadanos et Vox, des milliers de femmes ont battu le pavé ce mardi 15 janvier dans tout l’État espagnol, mais également dans plusieurs villes du monde, comme à Berlin, Paris, Buenos Aires, Toulouse ou Bristol.

L’accord entre les partis de droite et l’extrême droite en Andalousie porte un programme ultra réactionnaire, raciste, misogyne, LGBTIphobe, anti-indépendantiste et anti-républicain.

Ils veulent expulser massivement les immigrants, renforcer la xénophobie institutionnelle, réprimer davantage le peuple catalan, abroger la loi globale sur la violence sexiste, interdire le droit à l’avortement dans tous les cas, promouvoir les formes familiales traditionnelles etc. Un programme patriarcal, raciste et capitaliste visant à liquider les acquis sociaux de millions de personnes. Ils veulent créer d’autres lois pour la “protection de la tauromachie, de la chasse, des traditions et de la culture populaire”. Parmi les 19 demandes de Vox on trouve l’expulsion de 52.000 immigrés sans papiers et l’élimination des aides au “féminisme arrogant”. Les féministes andalouses répondent : “Vous ne toucherez pas les droits des femmes”. Ce mardi, le même jour du débat d’investiture, plus de 200 collectifs ont appelé à faire des rassemblements en face du Parlement Andalou à Séville, mais aussi dans toutes les provinces de la communauté autonome et dans des centaines de villes espagnoles

L’accord gouvernemental inclut également certaines revendications de l’association ultra-catholique Hazte Oír, qui entretient des liens étroit avec le PP et Vox, telles que la possibilité pour les parents d’ « exclure leurs enfants des activités de l’éducation scolaire quand elles sont contraires à leurs convictions », un "plan de soutien intégral pour les familles" et un "conseil familial", un système offrant "des alternatives socio-économiques aux femmes ayant une grossesse non désirée" pour contrer l’avortement.

Une mobilisation qui va durer

Jeudi dernier, 100 associations à la tête de la journée de mobilisation ont présenté leur manifeste contre les pactes de Vox qui commence de la manière suivante : “Le mouvement féministe et les femmes d’Andalousie, dans toute notre diversité, convoquent […] tout l’État Espagnol, pour qu’il nous accompagne […] ce mardi 15 janvier pour dénoncer ce système patriarcal, capitaliste et raciste qui nous agresse tous les jours, nous viole et nous assassine”. Les féministes de tout l’État Espagnol ont annoncé qu’elles allaient respecter le calendrier à venir des féministes andalouses.

Alicia Navascués, porte-parole de Mujeres 24H, collectif féministe de la ville de Huelva, explique dans El Salto que ce qui se passe en Andalousie englobe l’ensemble de l’État espagnol et que cela ne s’arrête pas aux frontières. "Nous sommes conscientes du fait que l’Andalousie est en train d’être utilisée comme laboratoire d’une expérience qu’ils veulent élargir".

De plus, elles critiquent et dénoncent l’insuffisance de la Loi de Violence de Genre, considérée après son approbation en 2004 comme la loi en matière de genre la plus avancée des pays démocratiques, mais affirment qu’elles ne sont pas prêtes à perdre leurs conquêtes.

En effet, l’organisation entre différents groupes se développe également. Dès février, des réunions vont s’organiser avec la Coordination Féministe Andalouse pour planifier de nouvelles stratégies : “Ces quatre prochaines années nous allons être très vigilantes sur toutes le politiques qui vont s’appliquer. Ce mardi il y a eu lieu une mobilisation improvisée mais elles nous a permis de construire un énorme réseau. On continuera à lutter et à avancer pour qu’aucune femme soit assassinée”.

Les femmes mobilisées reprennent une célèbre citation de Simone de Beauvoir : “N’oubliez pas qu’une crise politique, économique ou religieuse suffira pour mettre en question les droits des femmes. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes pendant toute votre vie”. Dolores García affirme ainsi que “le patriarcat s’énerve énormément quand le féminisme prend de l’importance, pas seulement en Andalousie, en Amérique Latine et dans le monde entier”, ce qui pour elle est en relation avec le système économique puisque “le modèle néolibéral a besoin du travail domestique des femmes, de les enfermer autour de la famille et l’éducation”. En accord avec cette dernière affirmation de Garcia on peut citer la création d’une Commission de la Famille ou d’un plan anti-avortement envisagée par le PP et par Vox.

En tout cas, la détermination des féministes andalouses annonce un avenir de lutte très combatif. Dolores García affirme qu’un des élément-clés de la lutte est de “travailler beaucoup plus dans les quartiers pour arriver aux villages le plus isolés où on trouve les femmes les plus vulnérables. Il faut arriver dans tous les espaces pour contrecarrer les discours de peur qui veulent enfermer les femmes chez elles”.

Ne pas tomber dans “le moindre mal”

Le risque de cette poussée réactionnaire et de tomber dans le piège du moindre mal comme le propose notamment Podemos. Le gouvernement "progressiste" du PSOE dit défendre les droits des femmes, mais maintient des accords avec l’Église, qu’il finance avec des fonds publics alors qu’il n’y a pas assez de financements pour un plan en profondeur de lutte contre la violence sexiste ou pour mettre en œuvre une éducation sexuelle complète dans l’enseignement public.

Le gouvernement actuel c’est le gouvernement qui défend la banque, alors que des milliers de femmes sont toujours expulsées de chez elles car elles ne peuvent pas payer le loyer, qui entretien les inégalités et le patriarcat. C’est ce même gouvernement qui chasse les migrants, les emprisonne et les expulse, y compris dans des villes comme Madrid et Barcelone dont les mairies sont aux mains ou soutenues par Podemos.

La politique menée par le PSOE est directement liée à la montée réactionnaire dans l’État espagnol. On ne peut ainsi pas leur faire confiance et laisser entre leurs mains des questions comme la politique envers les migrants, le social, et la lutte anti patriarcale.

Le mouvement des femmes fait face à un énorme défi : déployer notre force dans les rues, approfondir la mobilisation et renforcer les alliances avec le mouvement antiraciste, les collectifs d’immigrés, la classe ouvrière, le mouvement étudiant, les retraités et les mouvements sociaux pour le logement. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons affronter ces monstres d’extrême droite qui ont fleuri sur le fumier déposé par la politique néolibérale du PP et du PSOE.




Mots-clés

Féminisme    /    Manifestation   /    sexisme   /    Violences faites aux femmes   /    Droits des femmes   /    Extrême-droite   /    Etat Espagnol   /    Genres et Sexualités