^

Notre classe

Réforme des retraites

Des personnels de l’éducation appellent à la grève à partir du 5 décembre

Alors que la date du 5 décembre approche, plusieurs travailleurs de l’éducation (de la maternelle au lycée) publient cette vidéo d’appel à la grève dans l'éducation nationale. Car contrairement aux annonces de Jean-Michel Blanquer, ces derniers seront également touchés de plein fouet par la réforme.

mercredi 27 novembre

Le malaise est profond dans l’éducation nationale et s’est encore profondément aggravé avec l’adoption de la réforme Blanquer l’année passée. Depuis la fameuse « meilleure rentrée » du ministre, la situation est difficile entre les nombreux suicides et le plus emblématique celui d’une directrice d’école maternelle, Christine Renon en septembre après avoir dénoncé ses conditions de travail, manque de moyens matériels et humains récurrents, ou encore le climat de violence dans lequel sont plongés les élèves. Et comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement s’apprête à précariser encore davantage les enseignants au moment de prendre leur retraite.

En effet, si le gouvernement prétends mettre tous les corps de métier au même niveau, c’est un véritable nivellement par le bas qu’envisage la Macronie. Y compris dans l’éducation nationale, même si JM. Blanquer assure que les enseignants ne seront pas perdants. Car comment compenser le fait que le montant des pensions sera désormais calculé sur l’ensemble de la carrière et non plus les six derniers mois, dans une professions où les salaires vont crescendo ? Comment compenser le fait que le taux de cotisation des enseignants passera de 10,83% à 28,12%, baissant d’autant les paies nettes chaque mois ? Comment penser qu’en calculant la retraite sur l’ensemble de la carrière (le moins bonnes années également) et non plus les six derniers mois les travailleurs de l’éducation pourraient être gagnant ? Comment croire que la valeur du point, variable, ne permettra pas de précariser l’ensemble des travailleurs, surtout quand un tel flou règne autour de cette valeur ?

Face à cette situation, plusieurs syndicats de l’éducation nationale ont appelé à rejoindre l’appel à la grève initié par la RATP et la SNCF et rejoint depuis par de nombreux secteurs pour le 5 décembre prochain. Mais contrairement a de nombreux secteurs et à l’état d’esprit qui règne dans l’éducation l’appel de l’organisation syndicale majoritaire reste paradoxalement cantonné à la journée du 5 décembre et ne pose pas jusqu’alors un véritable plan de bataille pour faire reculer le gouvernement tant sur la reforme des retraites que sur les réformes Blanquer dont la mise en application ne se fait pas sans heurts.

Des enseignants par le biais de cette vidéo appellent aujourd’hui à se mobiliser le 5 mais aussi au-delà et jusqu’au retrait total de ce projet de réforme qui ne vise qu’à précariser davantage l’ensemble des travailleurs, et y compris les enseignants :

« L’année dernière le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a fait le choix de réformer l’Éducation, de la maternelle à l’université. Ces réformes ont ouvert une crise inédite dans l’éducation qui a été jusqu’à provoquer la grève du bac 2019.

Le ministre n’a pas su gérer cette crise. Il a qualifié les grévistes de « preneurs d’otages » et leurs actions de « sabotages » alors que c’est lui qui a entaché d’irrégularités les résultats du bac pour casser la grève.

Dès la rentrée le manque de moyen, les rythmes incessants, les classes surchargées, ont donnée à voir le visage de l’Éducation que le ministre souhaitait : une éducation publique au rabais !

Ce choix de détérioration de l’éducation publique creuse les inégalités et a un impact sur nos élèves, sur nos métiers, sur nos vies.

Le suicide de nos collègues, comme celui de Christine Renon, les violences accrues comme le meurtre de Kewi

ou le désespoir du jeune qui s’est immolé devant le crous dernièrement sont les résultats emblématiques et malheureusement récurrents de choix politiques.

Pour faire oublier son rôle et celui du projet de société qu’il défend Blanquer noie le poisson à coup de stigmatisation

Et comme si cela ne suffisait pas d’attiser la souffrance, la pénibilité au travail et la violence, le gouvernement choisi de faire passer une réforme des retraites qui va enterrer les espoirs des personnels de l’éducation nationale.

Cette réforme par point va toucher de point fouet les travailleurs de l’éducation, pension ridicule et âge de départ illimité.

Face à ces attaques, à la dégradation de nos conditions de travail et de nos conditions de vies nous seront en grève à partir du 5 décembre jusqu’au retrait du projet de retraite Macron/Delevoye.

Nous serons en grève au côté des autres secteurs qui comme nous ne veulent pas mourir au travail, qui comme nous méritent mieux et qui comme nous ont décidé de relever la tête.

Je serais en grève à partir du 5 décembre et toi ? »




Mots-clés

5 décembre   /    Education nationale    /    Notre classe