^

Politique

« Acte II »

Du Wall Street Journal au Financial Times : la bourgeoisie encourage Macron dans ses réformes

A l'internationale, la bourgeoisie néolibérale suit attentivement le parcours de son champion, malmené pendant plusieurs mois. Il s’agit désormais de remettre le train macroniste en marche et produire des résultats, dans un contexte social et politique qui reste encore très instable.

mercredi 19 juin

Crédits : DANIEL LEAL-OLIVEAS/AFP

Après six mois de Gilets Jaunes, la bourgeoisie pousse un ouf de soulagement…

« Il y a six mois, Emmanuel Macron était confronté à la crise politique la plus grave de sa présidence, écrit The Economist dans un article qui encourage Macron à poursuivre la voie des réformes. Les Gilets jaunes défilent sur le Palais de l’Élysée, jurant d’envahir le bureau présidentiel, continue le journal britannique. Du gaz lacrymogène s’est répandu au-dessus de l’épave de véhicules incendiés et de vitres brisées. Le temps de M. Macron en tant que dirigeant réformiste crédible, semblait-il, était révolu. »

Pourtant, sept mois après, le gouvernement français semble avoir retrouvé la confiance en ses forces et sa capacité à mener tambour battant les contre-réformes qu’il avait été contraint de mettre de côté suite au surgissement des Gilets Jaunes. Les axes des principales réformes annoncées par Macron – assurance-chômage, retraites et fonction publique – déclinent cet « acte II » du quinquennat.

S’appuyant sur l’impasse stratégique du mouvement des Gilets Jaunes, et surtout sur des directions syndicales rompues au jeu du « dialogue social », Macron voit une fenêtre de tir pour espérer faire passer ses réformes les plus impopulaires, d’autant que l’opposition parlementaire s’est écroulée. « M. Macron s’empare d’un effondrement de l’appui du public au mouvement de protestation du gilet jaune, qui a paralysé son administration lorsqu’il a commencé à la fin de l’année dernière », écrit le Wall Street Journal.

… et exhorte Macron à poursuivre les réformes clés de son quinquennat Macron

Politiquement, cet ensemble de réformes sont clés dans le quinquennat Macron. La réforme de la fonction publique, longtemps jugée impossible, constitue une attaque symbolique fondamentale. Quant à l’assurance-chômage et aux retraites, il s’agit pour la bourgeoisie française de rattraper le train des réformes néolibérales de ses concurrents européens. « Outre un nouvel accent mis sur l’écologie, trois réformes structurelles se distinguent : la réorganisation du secteur public, la réforme de l’assurance chômage et des prestations sociales, et la rationalisation du système français des retraites », précise The Economist.

A l’international, la bourgeoisie se penche avec d’autant plus d’attention sur le cas français que le pays a longtemps été jugé « irréformable » et que les Gilets Jaunes ont menacé de faire basculer le pays dans une situation révolutionnaire. Passer ces réformes représenterait pour Macron et la bourgeoisie européenne une forme « d’exorcisme », mais surtout un signal fort pour pouvoir pousser plus avant les contre-réformes, alors même que la situation reste hautement inflammable. The Economist ne crie d’ailleurs pas victoire trop vite, mettant en garde Emmanuel Macron, qui reste largement impopulaire malgré une consolidation sur la droite de sa base sociale : « Mais sa réputation repose aussi sur une volonté de réforme impopulaire, à l’heure où ses politiques antérieures commencent à porter leurs fruits, notamment en termes de création d’emplois. L’acte II de la présidence de M. Macron testera si ces deux objectifs peuvent être conciliés. »

La bourgeoisie néolibérale suit attentivement le parcours de son champion, malmené pendant plusieurs mois. Il s’agit désormais de remettre le train macroniste en marche et produire des résultats, dans un contexte social et politique qui reste encore très instable.

Le mouvement des Gilets Jaunes a en effet eu un impact mondial, et n’a pas seulement fait trembler la bourgeoisie française, mais aussi européenne et mondiale. Espérant être parvenu, du moins temporairement, à conjurer le spectre de la révolution, la bourgeoisie néolibérale exhorte désormais Macron à poursuivre dans la voie des contre-réformes et ne pas manquer la fenêtre de tir dont il dispose.

La réaction des classes populaires et de la jeunesse constitueront un signal important dans le rapport de force entre les classes à échelle internationale. A ce titre, il est fondamental que la jeunesse et les classes populaires françaises prennent conscience de l’enjeu international des luttes à venir. La bourgeoisie, elle, dispose de sa propre internationale – et elle a les yeux braqués sur la France et la suite des événements à venir.




Mots-clés

médias   /    Emmanuel Macron   /    Politique