^

Notre classe

Toujours pas d’augmentation…

Education nationale. Pas d’augmentation de salaire mais des "primes" pour certains, promet Blanquer

On a fini par s’habituer aux annonces floues de la part de l’exécutif, en voici une de plus ; selon Paris Match, Jean-Michel Blanquer prévoit d’octroyer une prime de 1000 euros maximum pour « les fonctionnaires particulièrement impliqués pendant le confinement ».

mardi 19 mai

En pleine saison des médailles pour les soignants vient de tomber l’annonce d’une prime pour les travailleurs de l’éducation pour ceux qui auraient été particulièrement impliqués et qui auraient eu « un surcroît de travail » pendant le confinement, critères flous s’il en est ! Ceux qui ont été impliqué n’en déplaisent à Jean Michel ce sont TOUS les travailleurs de l’éducation qui, dès l’annonce du confinement ont eu à improviser une continuité pédagogique qui s’est rapidement avérée être un casse-tête tant l’enseignement à distance est difficile. On attend par ailleurs toujours l’équipement numérique pour les élèves les plus défavorisés. Alors si le ministre croit faire avaler la pilule d’une réouverture des écoles catastrophiques par cet effet d’annonce il se met le doigt dans l’œil ! Et jusqu’au coude tant il est sur la sellette puisque désavoué même par les siens !

Selon Paris-Match à qui le ministre semble plus aisé à se confier qu’aux principaux concernés il serait prévu trois montants de ladite prime : 330 euros, 660 euros, et 1000 euros maximum, en fonction du degré et de la durée « d’implication ». Un échelonnage donc en guise de podium pour cette prime-médaille et évidemment pas de complexe au principe de méritocratie en macronie ! Seraient concernés en priorité par la prime les professeurs ayant assuré l’accueil des 30 000 enfants de soignants, et d’autres professions prioritaires pendant le confinement. La prime serait également reversée aux personnels réquisitionnés pour les soins Covid-19 comme les infirmiers, ou le personnel administratif comme les informaticiens.

Si l’idée est de convaincre l’opinion publique que des mesures sont prises et que les travailleurs de l’éduc sont désormais autant considérés que d’autres corps de métiers, c’est raté. C’est que de leur recoller une énième fois l’étiquette de « feignasse » ne tenait plus, que le rapport de force semble désormais inversé. Et en effet les sorties selon lesquelles les profs étaient durant le confinement « en vacances » ou aurait pu aller cueillir des fraises « puisqu’ils ne travaillent pas » ne sont pas passées inaperçues et ont provoqué un tollé dans un milieu bien échaudé par les réformes successives de destruction de l’éducation.

Alors effet d’annonce ou véritable prime ? Les travailleurs de l’éducation ne sont pas dupes ! Eux qui réclament des moyens pour l’éducation et une véritable augmentation depuis le gel du point d’indice voient bien dans la manœuvre les tentatives de division du corps éducatif et la volonté de faire oublier l’échec de la gestion du Coronavirus par le gouvernement dans l’éducation en pleine réouverture progressive des établissements scolaires.




Mots-clés

Primes des fonctionnaires   /    Education nationale    /    Jean-Michel Blanquer   /    Education   /    Notre classe