^

Politique

Elisabeth Borne en vacances au Maroc et des agents RATP-SNCF au piquet de grève

La ministre des Transports s'est octroyée une petite escapade pour les vacances de fin d'année et pas n'importe où...à Marrakech. C'est sûr qu'une telle destination préservera Elisabeth Borne des tracas de la vie parisienne et surtout des grèves qui secouent le pays depuis maintenant trois semaines.

mercredi 25 décembre 2019

Mais est-il normal qu’une ministre des Transports quitte le continent, même quelques jours seulement, alors que son ministère fait face à un mouvement social de très grande ampleur ? La question se pose très légitimement. Une ministre des Transports qui s’absente du territoire national lorsque celui-ci est frappé par des transports à l’arrêt dans une période charnière du mouvement paraît complètement surréaliste, et ce du point de vue des intérêts qu’elle défend, et démontre, à tout le moins, un détachement sinon un mépris totalement décomplexé face à une effervescence populaire qui fera date dans l’histoire des luttes.

Comment imaginer que cette polytechnicienne ait montré autant de légèreté dans un contexte socialement explosif ? A l’évidence, on comprend à travers cette virée au pays de l’Atlas que cette macroniste de la première heure a troqué son tablier de ministre contre une tenue plus détendue sous un soleil radieux, des températures agréables et un hôtel, on suppose, de très bonne facture dans tous les sens du terme.

Rappelons qu’Elisabeth Borne fut un temps la PDG de la RATP et autant dire que les salariés de l’entreprise publique de transport ne la regrettent aucunement lorsqu’ils voient le mépris qu’elle affiche vis-à-vis des travailleurs, ignorant de facto que les grèves relèvent directement de son périmètre d’action. L’erreur de jugement de madame Borne est manifeste mais son salaire et ses émoluments, eux, sont réels et ne manqueront pas d’apparaître sur ses comptes bancaires à la fin du mois au grand dam des grévistes qui, eux, se saignent aux quatre veines pour défendre la retraite de tous.

De Benalla à Delevoye en passant par De Rugy, le tableau de chasse de la macronie est déjà bien chargé et rien ne dit que la liste est terminée. Il faudra en tout cas rajouter le nom d’Elisabeth Borne à ce triste palmarès de personnages complètement déconnectés de la réalité même de la lutte de classe qui dure depuis 4 semaine maintenant dans le pays. Une réalité bien amère et bien loin des douceurs dans lesquelles se pavane notre onéreuse ministre des Transports.




Mots-clés

RATP   /    SNCF   /    Politique