^

Politique

Covid-19

En première ligne. Des personnels d’EHPAD se confinent avec des résidents

Face au manque de moyens financiers, matériels et humains pour faire face à la crise dans les EHPAD, certains ont pris les devants en confinant le personnels avec les résident.e.s pour limiter les risques de propagation du virus.

jeudi 9 avril

Depuis plusieurs années, les EHPAD sont totalement laissés à l’abandon par les différents gouvernements. De ce fait on déplore déjà plus 3000 décès dans ces établissements en première ligne au front, mais sans armes pour se battre. Ainsi, certaines EHPAD ont fait le choix de confiner le personnel (volontaire) avec les séniors en espérant passer au travers de la crise tant bien que mal. Dès lors, les personnels des EHPAD doivent travailler quasiment 24h/24, sans augmentation de salaire évidemment, et se privant ainsi de voir leur famille le temps du confinement.

Alors que le 28 mars, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a réclamé que les séniors résidant en EPHAD soient confinés chacun dans leur chambre pour éviter tout risque de contamination, nous pouvons déplorer aujourd’hui plus de 3000 morts en EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). En effet ces structures, dans lesquelles les manques de moyens financiers, humains, matériels et le sous-effectif sont criants depuis déjà des années, ont des extrêmes difficultés à répondre à la crise sanitaire en cours.

La crise sanitaire et la gestion catastrophique de celle-ci par le gouvernement exacerbe la situation dramatique dans laquelle se trouvent les EHPAD, que les personnels de ces établissements dénonçaient depuis déjà bien longtemps.

Les personnes âgées sont les plus vulnérables face au virus non seulement car elles sont les plus fragiles mais aussi car elles ne sont pas « prioritaires » dans une situation où des soignants n’ont d’autre choix que de trier les patients à cause d’un système de santé saturé et débordé par la crise sanitaire. De plus, les établissements qui les accueillent ne sont pas en mesure de faire correctement face à la crise sanitaire, ce qui pousse certaines EHPAD à prendre les devants : le confinement total des travailleuses et des travailleurs avec les résident.e.s.

Alors qu’ailleurs, les résidents seront confinés dans leur chambre, avec cette solution « les résident pourront déambuler dans les locaux, sans trop changer leur habitudes » explique Odile Lin, directrice d’une EHPAD à Le Lamentin (972) dans laquelle sont confinés les résident.e.s et une partie du personnels espérant passer au travers de la crise en se préservant du virus.

Ainsi, dans plusieurs EHPAD de France, certains personnels (soignant.e.s, d’entretien, de restauration…) se sont portés volontaires pour être confinés sur leur lieux de travail avec les résident.e.s pour ne pas risquer de les infecter, ou d’infecter leur famille en rentant le soir. Ces travailleuses et travailleurs d’un grand courage, travaillent donc quasiment 24/24h et se privent de voir leur famille. Encore une fois, ce sont les travailleuses et les travailleurs, les plus précaires, qui payent la gestion catastrophique de la crise sanitaire par le gouvernement. Car en effet, la reconnaissance et le salaire attribués à ces métiers est bien faible alors même que les personnels en EHPAD font partie des secteurs essentiels de la société.

Par ailleurs, la situation catastrophique à laquelle les EHPAD doivent faire face aujourd’hui, tout comme celle des hôpitaux, auraient pu être évitée, ou du moins amoindrie, si depuis des années les gouvernements n’avaient pas cherché à rentabiliser à tout prix et avaient investi massivement dans la mise en place de moyens humains et financiers dans les secteurs de la santé et de l’aide à la personne. Encore aujourd’hui la crise pourrait être amoindrie avec la mise en place d’une véritable campagne de tests massif. En attendant, les travailleuses et les travailleurs des EHPAD ont décidé de prendre les devants, et de limiter l’ampleur de la crise comme ils et elles le peuvent.




Mots-clés

Covid-19   /    Coronavirus   /    EHPAD   /    Politique