^

Politique

CONVERGENCE DES LUTTES

Gilets Jaunes. A la manif contre l’islamophobie, J. Rodriguez appelle à la convergence

Ce dimanche, plus 20 000 personnes ont marché à Paris contre l’islamophobie. Parmi elles, Jérôme Rodriguez, figure des Gilets Jaunes, a appelé à la convergence pour l’anniversaire du mouvement.

lundi 11 novembre

Dans un contexte d’offensive islamophobe du gouvernement, extrêmement forte et médiatisée depuis quelques semaines, une manifestation était appelée à Paris ce dimanche 10 novembre. Pour cette marche, c’est au bas mot plus de 20 000 personnes qui se sont mobilisées. Une mobilisation massive, en opposition aux idées réactionnaires et en solidarité avec leurs premières victimes, les musulmans et en particulier les musulmanes porteuses du voile, mises au cœur de toutes les polémiques.

Au-delà de la solidarité qui s’impose, c’est une proposition d’unir les luttes contre un ennemi commun - le gouvernement, et ses politiques impérialistes, islamophobes, racistes, mais aussi néolibérales et de précarisation constante des classes populaires -, qui a été faite lors de cette manifestation par d’autres mouvements sociaux en lutte en ce moment. En effet, si on a pu retrouver par exemple un cortège de professeurs, particulièrement concernés par cette offensive islamophobe qui a fait des maman voilées accompagnant les sorties scolaires les cibles médiatiques des discours et lois réactionnaires, la convergence a aussi été appelée par une figure du mouvement des Gilets Jaunes. En effet, Jérôme Rodriguez, mutilé par la police pendant une manifestation l’hiver dernier, figure du mouvement qui a fait trembler la France et agité les rues ou les ronds-points du pays pendant les douze derniers mois, était présent à la marche contre l’islamophobie de Paris ce dimanche. Et c’est un message de convergence, d’union des luttes et des forces entre les victimes des politiques islamophobes et les Gilets Jaunes, qu’il est venu porter dans cette manifestation.

A la question “Est ce que vous serez là la semaine prochaine avec nous ?”, aucune hésitation. C’est un cri unanime des manifestants qui répond positivement à cet appel. Cet appel à la convergence, de la part des Gilets Jaunes, qui seront cette semaine dans la rue depuis un an contre la précarité et les politiques néolibérales du gouvernement, est un signe fort. En effet, il est une illustration d’une volonté, face à toutes les attaques et tentatives du gouvernement, de faire échouer la tentative de division des exploités et des opprimés en trouvant les boucs émissaires à travers les rangs les classes populaires. Une tentative particulièrement insistante de la part d’un gouvernement contesté de toutes parts depuis un an, qui ne cesse de tenter de “diviser pour mieux régner” en mettant sur le devant de la scène les musulmans, désignés comme un danger à l’intérieur du pays, ou encore comme ils avaient pu le faire, en diabolisant les Gilets Jaunes, “casseurs” et “dangereux”.

Or, on peut voir, et la marche de ce week-end en est un bel exemple, que les classes populaires ne s’y trompent pas, et voient qui représente un véritable danger pour elles : le gouvernement face auquel tant de monde a marché dimanche, et contre lequel les Gilets Jaunes fêteront dans quelques jours leur anniversaire de lutte. Macron et sa clique, de leur côté, semblent avoir du souci à se faire pour les jours et semaines à venir. Car c’est une convergence des luttes contre leur politique qui commence à prendre forme, à l’appel de nombreuses organisations de travailleurs, mais aussi des Gilets Jaunes, d’une manière de plus en plus affirmée et combative.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Islamophobie   /    Politique