^

Débats

En finir avec une règle antidémocratique

Gilets Jaunes. D’où vient l’obligation de déclarer les manifestations ?

Le mouvement des Gilets Jaunes est en train de remettre en cause une tradition antidémocratique en France : l’obligation de déclarer les manifestations en préfecture. Il est temps de reprendre notre droit inconditionnel de manifester.

vendredi 23 novembre 2018

L’une des « polémiques » autour du mouvement Gilets Jaunes ces derniers jours c’est la manifestation à Paris ce 24 novembre. Alors que les Gilets Jaunes prétendent manifester près de la zone du palais de l’Élysée, le ministère de l’Intérieur déclare que ce ne sera en aucun cas possible. Finalement on leur aura proposé de manifester sur le Champs de Mars. Or, les représentants du mouvement refusent d’accepter cette imposition.

« Nous ne manifesterons pas au Champ-de-Mars parce que le lieu nous a été imposé (…) Il ne s’agit pas de créer des blocages ou des actions inattendus. Il s’agit juste de prendre notre droit de manifester comme nous l’entendons. Ce n’est plus au gouvernement de décider où est ce que nous allons manifester puisque le gouvernement est déjà incapable de répondre à nos premières préoccupations. Nous allons arpenter la ville de Paris là où notre cœur nous emmènera au fil de la Seine, des centres commerciaux... », déclarait l’une des représentantes du mouvement sur BFM. 

En effet, depuis le début ce mouvement se caractérise par une grande spontanéité, avec divers et nombreux points de mobilisation, des actions imprévues… Le tout évidemment sans aucune « autorisation » d’une quelconque autorité, comme habituellement cela se fait. Et ce caractère insolent est complètement revendiqué par les manifestants ; pour eux « cela va de soi » de manifester où et quand on veut.

Il s’agit d’un aspect qui délégitime en quelque sorte l’autorité du gouvernement mais aussi de l’État. Mais d’où vient cette « tradition » antidémocratique de devoir demander l’autorisation pour manifester ?

De l’agitation sociale des années 1930 au besoin de limiter l’activité des travailleurs

Pour trouver l’origine de cette obligation de déclarer les manifestations au préalable à la préfecture de police, il faut remonter à la grande agitation et polarisation sociale des années 1930.

En effet, en France la crise économique mondiale, commencée en 1929, ne fait sentir ses effets que deux ans plus tard. Les faillites d’entreprises suivent aux faillites des banques, le chômage explose en même temps que l’on impose des rythmes de travail infernaux au reste des salariés pour faire augmenter la productivité. Le secteur industriel et le commerce extérieur s’effondrent. Sur le plan politique, cette dégradation économique a aussi des répercussions. Le régime parlementaire de la III République est en pleine crise : entre 1932 et 1934 se produisent cinq changements ministériels.

La polarisation sociale est aussi une autre caractéristique de l’époque. Dans un premier temps, ce n’est pas du côté des syndicats et des partis ouvriers, le Parti Communiste (PCF) et la SFIO (social-démocratie, ancêtre du PS), qui vient la pression sur le gouvernement. C’est plutôt du côté de la réaction fascisante que part l’offensive.

En effet, encouragés par la victoire d’Hitler en Allemagne et la stabilisation des régimes fascistes au Portugal et en Italie, le 6 février 1934 des groupes d’extrême-droite français, profitant d’un scandale de corruption qui éclate au grand jour impliquant des membres des « partis traditionnels », organisent une manifestation qui devient une émeute anti-gouvernementale. Résultat : le gouvernement démissionne.

Dans ce cadre de mobilisation massive de la contre-révolution incarnée par des groupes, des militants et des dirigeants ouvertement fascistes (mêlés à des monarchistes et à des secteurs ultra conservateurs notamment de la bourgeoisie comme les cimentiers Lafarge, Louis Renault ou Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, ou son gendre André Bettencourt), il y aura une réponse du mouvement ouvrier : plusieurs grèves, manifestations massives et meetings de rue ont lieu très rapidement. La pression des bases est tellement forte qu’elles imposent l’unité dans les rues de la SFIO et du PCF, jusque là fortement divisés.

Des manifestations massives ont lieu le 12 février 1934 et le 14 juillet 1935, des énormes rassemblements aussi. Les campagnes électorales pour les élections municipales de 1935 et les législatives de 1936 sont marquées par d’immenses cortèges, meetings, rassemblements populaires et ouvriers. C’est dans ce contexte que le gouvernement décide par un décret d’octobre 1935 d’imposer la déclaration préalable des manifestants. Sous le prétexte de préserver l’ordre public, il cherchait en réalité à contrôler et limiter le mouvement ouvrier en pleine ébullition.

Cependant, malgré ces décrets antidémocratiques, le gouvernement sera incapable d’éviter la vague formidable de grèves de juin-juillet 1936, des millions d’ouvriers et d’ouvrières en grève, mobilisés, occupant des usines, dans le mouvement de grève le plus important de la France jusqu’à cette époque ; un mouvement gréviste qui a ébranlé l’Etat français, réussissant à arracher des concessions très importantes au patronat, même s’il aurait pu aller bien plus loin si les différentes bureaucraties syndicales, du PCF et de la SFIO ne l’avaient bloqué.

Reprendre notre droit inconditionnel de manifester

L’ensemble des gouvernements qui ont suivi depuis cette époque, de droite comme de « gauche », n’ont jamais remis en cause ce dispositif complètement antidémocratique. Et les directions syndicales s’y sont bien adaptées. Combien de militants ou simples manifestants ont été condamnés sous prétexte de participer à une « manifestation non-autorisée » ?

Il est inacceptable de normaliser le fait que les exploités et les opprimés doivent demander l’autorisation à leur « bourreaux » pour exprimer leur mécontentement. Avec le mouvement des Gilets Jaunes qui prend de plus en plus la forme d’une révolte contre l’ensemble des injustices sociales, avec la force et l’insolence des masses qui se réveillent à la politique, peut-être assistera-t-on à la remise en cause totale de cette « tradition » réactionnaire.

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? C’est de l’exemple des grèves de juin 1936 qu’il faut s’inspirer, de Mai 68, et aller plus loin ! On assiste aujourd’hui en France à une situation qui pose de loin des bases pour une grève générale qui impose une défaite cinglante au gouvernement Macron-Philippe et au patronat. Les organisations du mouvement ouvrier devraient urgemment travailler en ce sens.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Fascisme   /    mouvement ouvrier   /    Manifestation   /    Grève   /    Grève générale   /    Débats