×

Veolia, Paprec, Suez, Engie complices !

Intimidations, chantage : onze travailleurs sans-papiers du sous-traitant NTI en grève contre un patron voyou

Depuis ce lundi, 11 travailleurs de NTI, un sous-traitant du secteur du nettoyage qui travaille avec des grands groupes de l’énergie, sont en grève pour revendiquer de meilleures conditions de travail et exiger leur régularisation.

Enora Lorita


et Camille Tesga

30 août 2023

Facebook Twitter
Intimidations, chantage : onze travailleurs sans-papiers du sous-traitant NTI en grève contre un patron voyou

Depuis ce lundi, onze salariés de l’entreprises sous-traitante NTI du centre de tri de Veolia du 15ème arrondissement de Paris sont en grève pour leurs conditions de travail. Ils dénoncent les méthodes mafieuses de la direction, l’absence de contrats de travail et de fiches de paie pour une grande partie d’entre eux. En effet, sur environ 150 salariés, seulement 60 disposeraient d’un contrat de travail.

L’entreprise de sous-traitance, qui travaille avec Veolia, Paprec, Suez ou encore Engie, fait miroiter la délivrance de Cerfa aux travailleurs exploités, un document indispensable pour faire une demande de régularisation. Un salarié raconte notamment que son employeur lui a demandé 6000€ en échange de ce document. Au quotidien, les grévistes racontent vivre des journées interminables, avec parfois plus de trois jours de travail enchaînés, des tâches multiples qu’on leur demande de remplir sans formation, des emplois du temps délivrés souvent à la dernière minute malgré des temps de trajet pouvant aller jusqu’à 8h pour une seule journée de travail.

Dans leur chantage à l’emploi, les patrons de NTI exigent même des salariés qu’ils leurs versent un pourcentage de leur salaire pour pouvoir travailler la semaine suivante. Les congés payés, les heures supplémentaires ou les compensations pour les repas ne sont pas délivrés. Certains responsables de NTI vont jusqu’à exiger des femmes travailleuses de l’entreprise qu’elles se rendent chez eux pour faire le ménage.

Les salariés qui tenteraient de faire valoir leurs droits auprès de la direction font l’objet de tentatives d’intimidation, et sont menacés de se faire virer du jour au lendemain. Un salarié raconte même qu’après son accident du travail, son patron a refusé de le déclarer, le condamnant par la même à se retrouver sans salaire et dans une grande précarité depuis plusieurs mois.

Depuis Véolia, largement mise en cause pour sa responsabilité par les grévistes, a déclaré ne plus faire appel à NTIhttps://w... pour ses contrats de sous-traitance, dont l’objectif est de faire un maximum de bénéfices en minimisant ses coûts de production. La société a ainsi déclaré accorder « la plus stricte vigilance aux conditions d’exécution de l’ensemble de ses contrats de sous-traitance » et demander des « attestations de vigilance à l’URSAFF » comme garantie, se gardant bien de remettre en cause plus largement le modèle de sous-traitance qu’elle exploite, cela malgré un chiffre d’affaires de 12 milliards d’euroshttps au premier trimestre de l’année 2022.

Depuis quelques mois par ailleurs, la société NTI a été liquidée, pour échapper au suivi et éventuelles sanctions de l’inspection du travail qui avait effectué un contrôle à la suite d’un accident du travail d’un des travailleurs de l’entreprise. Une nouvelle entreprise composée de la même direction a vu le jour sous le nom de AR Environnement, et aurait coopté une partie des anciens salariés de NTI, dans les mêmes conditions de travail déplorables.

Les grévistes interpellent les grands groupes qui font appel à ces sous-traitants et se rendent complices de l’exploitation honteuse des travailleurs sans-papiers. Ils réclament leur régularisation et des conditions de travail dignes, avec de meilleurs salaires. A l’heure où Véolia enregistre des profits records, les syndicats de Véolia devraient montrer leur solidarité avec leurs collègues sans-papiers, pour joindre leurs revendications sur la revalorisation de leurs salaires et construire un front uni face au géant de l’énergie et lutter contre l’exploitation.


Facebook Twitter
Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale