^

Notre classe

Défendons nos piquets

Malgré la répression et les annonces de Philippe, la résistance s’organise au piquet RATP de Pleyel

Ce jeudi 12 décembre la police est de nouveau intervenue sur le piquet de grève du dépôt RATP de Pleyel où les machinistes sont en grève depuis le 5 décembre. Pourtant la détermination reste sans faille face aux annonces accablantes du gouvernement qui ne dupent personne : la reconduite de la grève a été votée à l'unanimité pour demain.

jeudi 12 décembre 2019

Ce matin, dès le début du piquet de grève du dépôt Pleyel à 5 heure les policiers étaient déjà présents, surveillant les grévistes et leurs soutiens. Appelés par la direction pour empêcher le blocage des bus au dépôt, ils sont intervenus une première fois en poussant ceux qui bloquaient la route. Immédiatement une résistance s’est mise en place, les personnes présentes se sont toutes rassemblées pour former un groupe compacte et plus difficile à faire bouger devant les bus sortants. Plus tard dans la matinée, alors qu’une forme d’accord avait été pris concernant le temps entre les sorties de bus, les forces de répression sont revenu à la charge avec une brigade de la BAC (brigade anti-criminalité) pour dégager la route.

Cette seconde fois aussi la résistance fut instantanée, formant une sorte de mêlée avec d’un côté les grévistes et soutiens du piquet voulant reprendre place pour bloquer les sorties de bus et de l’autre, à la botte de la direction, des policiers violents usant de la force pour que le trafic routier reprenne son rythme. Un étudiant qui filmait la situation s’est même fait arraché le portable des mains par un policier agressif qui le lui a rendu en lui lançant dessus.

Il est inacceptable que la police soit présente sur les piquets pour réprimer un blocage de dépôt. La présence de la BAC pour tenter de briser la grève est assez significatif du niveau de violence qu’use le gouvernement face aux grévistes.

Rappelons qu’un professeur venu en soutient sur un piquet d’Aubervilliers s’est fait embarqué hier matin et est toujours en garde à vue à l’heure actuelle. Un gréviste de pavillon-sous-bois s’est fêlé une côte suite à la répression féroce à coup de gaz et de tonfa ce matin. Il est plus que nécessaire d’organiser une défense collective face à la répression qui s’abat sur les grévistes de la RATP et qui ne va certainement pas s’affaiblir aux vues des la déclaration d’Edouard Philippe et de la volonté du gouvernement de passer en force.

Les déclarations du gouvernement de ce mercredi n’ont dupé personne, encore moins les grévistes qui voient clair dans le jeu du gouvernement. Tout le dépôt reste extrêmement motivé et la reconduction de la grève à une fois encore été votée à l’unanimité. La détermination des grévistes est toujours très présente comme le montre la vidéo.

Par ailleurs la grève commence à s’organiser pour tenir avec les soutiens. Un goûter festif est organisé ce samedi pour sensibiliser la population à la grève et la populariser. L’occasion, aussi, de lancer une caisse de grève pour permettre à tous les machinistes de continuer à faire la grève sans que la perte d’argent soit une raison qui conduise à la reprise du travail.

Soyons nombreux ce samedi à 16 heure au dépôt RATP de Pleyel pour soutenir les grévistes qui se battent depuis 8 jours contre la réforme des retraites mais surtout pour un monde meilleur !




Mots-clés

Grève   /    RATP   /    Répression   /    Notre classe