^

Politique

REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS

Nouvelle hospitalisation au CRA de Bordeaux : La politique migratoire du gouvernement est criminelle !

Un des détenus du CRA de Bordeaux a été hospitalisé le week-end du 1er mai, car il aurait ingéré des substances chimiques ; celui-ci affirme avoir voulu mettre fin à ses jours. Un nouveau cas qui met en exergue les conditions de vie délétères au sein des CRA.

mardi 18 mai

Source photo : Dominique FAGET / AFP

Il y a quelques jours, nous apprenions à la suite d’un entretien téléphonique avec l’un des détenus du CRA de Bordeaux qu’il aurait tenté de mettre fin à ses jours .La Cimade nous a ensuite confirmé qu’il avait été hospitalisé le week-end du 1er Mai, pour ingérence de produits cosmétiques. Le fait d’être privé de ses libertés les plus fondamentales l’aurait poussé à un tel acte de désespoir : « Je suis à bout, je ne comprends pas pourquoi on me retient ici. Je ne suis pas un criminel, je n’ai rien fait de mal, je suis venu en France pour avoir une vie normale. J’ai ma femme qui est enceinte, je ne peux pas être présent. Moi je suis enfermé ici, où il y a des accidents tous les jours »

Il poursuit son témoignage : « Même pour mon jugement c’était absurde. J’étais dans une petite pièce et je voyais le juge en vidéo. Le son était horrible, ça grésillait ça faisait de l’écho. C’est pas des conditions pour pouvoir faire entendre ses droits ça ! J’ai quitté la Turquie à pied, j’ai traversé 9 pays pour me rendre en France, ça m’a pris un an. Mais aujourd’hui, je n’en peux tellement plus que je préférerais qu’il me renvoie à mort chez moi »

Un témoignage loin d’être isolé, qui met en lumière les conditions de rétention dans lesquelles sont forcées de vivre des centaines de réfugiés.

Une politique migratoire de plus en plus répressive

Car l’État Français continue sa politique migratoire criminelle et à pour projet d’ouvrir quatre nouveaux CRA dont un à Bordeaux, qui pourrait accueillir 140 nouveaux détenus. Ces nouveaux CRA permettront d’accentuer les mesures d’enfermements des personnes en situation d’Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF).

La construction de ce nouveau CRA va de paire avec l’offensive de la Préfecture qui a déjà expulsé de nombreux squats, à la suite de quoi les habitants se retrouvent sans toit et d’autant plus exposés à l’expulsion du territoire. Aujourd’hui, pour faire face à l’augmentation du nombre de cas d’OQTF et l’arrestation des personnes y étant soumises, la préfecture a déjà ouvert 4 LRA (Locaux de Rétention Administrative), des locaux qui font office d’extension des CRA en fonction des besoins ponctuels, et limitent encore plus l’accès au droit des personnes retenues pouvant être expulsées sans même passer devant le juge.

En parallèle de la construction de ces nouveaux CRA, le gouvernement a annoncé vouloir améliorer les conditions d’accueil des demandeurs d’asile et réfugiés en limitant à 6 mois la procédure de traitement des dossiers. En réalité, en réduisant la durée de traitement, ils réduisent également la période de droit que leur confère la procédure de demande d’asile. En effet, pendant cette période, les demandeurs d’asile ne peuvent être retenus ou arrêtés et peuvent bénéficier d’aides, certes réduites, mais minimales comme l’accès au soin. Plus la procédure de demande d’asile est courte, plus vite ces personnes peuvent être soumises à une OQTF et se voir ainsi placées en CRA et renvoyées dans leur pays.

En résumé, alors que des hommes et femmes sont retenus et meurent dans des centres de rétention, le gouvernement poursuit ses offensives racistes à l’encontre des migrants et accentue ses attaques impérialistes dans ces mêmes pays que ces hommes et femmes fuient.

C’est pour cela que nous ne pouvons attendre d’eux une quelconque réforme visant l’amélioration des conditions de rétention, et qu’il faut se battre pour la fermeture immédiate des CRA et LRA, ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers, et l’accès à un logement pour tous. Il est primordial d’imposer ces mesures d’urgences et stopper la politique migratoire criminelle du gouvernement !




Mots-clés

Centre de Rétention Administrative   /    Bordeaux   /    Immigration   /    Sans-papiers   /    Politique