^

Notre classe

Solidarité

« On dit non au licenciement de Laurent et à Transdev » : rassemblement de solidarité à Melun

Agents de Transdev de plusieurs dépôts, raffineurs, professeurs, cheminots, agents RATP, étudiants, militants d’organisations politiques et syndicales étaient réunis ce lundi devant le tribunal de Melun pour apporter leur soutien à Laurent face à la répression syndicale.

lundi 20 février

Ce lundi matin, une cinquantaine de personnes de différents secteurs se sont retrouvées devant le tribunal de Melun avant l’audience de conciliation de Laurent, travailleur depuis 22 ans chez Transdev et militant syndical à Solidaires, réprimé pour sa combativité dans les mouvements de grève contre l’ouverture à la concurrence et la casse des conditions de travail.

Contrôleur au dépôt de Vaux-Le-Pénil, la direction de Transdev l’avait mis à pied 35 jours et licencié pour faute grave le 21 juillet 2022, en reconnaissant en off dans une réunion de délégués faire tomber « l’un des combattants au sein du service contrôle », suite à sa participation active contre le passage du service de contrôle en filiale privée pendant les grèves de l’automne 2021.

Suite à son licenciement, une campagne de solidarité s’était lancée, pour exiger sa réintégration, avec une caisse de soutien et une campagne photo réalisée par des travailleurs de plusieurs secteurs, des étudiants et des personnalités politiques. Aujourd’hui, pour la date de son audience en conciliation, Laurent a pu compter sur le soutien de ses collègues, de l’interprofessionnel du 77, de raffineurs de Grandpuits, de professeurs du 77 et 93, de cheminots et agents de la RATP, de Julie Garnier, conseillère régionale LFI d’Île-de-France, d’étudiants et de militants de Révolution Permanente, Lutte Ouvrière et du NPA.

Les prises de paroles se sont succédées pour témoigner leur solidarité à Laurent, dénoncer les méthodes de Transdev et de la dégradation des conditions de travail imposées, mais aussi la répression généralisée dans les dernières mobilisations, y compris en ce moment même contre la réforme des retraites. Dans ce cadre, les intervenants ont souligné l’importance de s’organiser à la base, dès maintenant, pour préparer le 7 mars et le départ en reconductible annoncé dans plusieurs secteurs, mais aussi faire face la possibilité de répression dans les entreprises, les universités et les lycées.

« Aujourd’hui on a des raffineurs, des cheminots, des travailleurs de Transdev, des transports RATP en solidarité. Il faut qu’on s’organise par la base ! » a par exemple expliqué Adrien Cornet, représentant syndical CGT à la raffinerie de Grandpuits. De son côté, Wynnessa Merabet, collègue de Laurent et déléguée Solidaires à Transdev, a dénoncé la répression : « Laurent a fait deux mois de grève et la direction s’est dit "il faut qu’on s’en débarrasse." Et nous on dit non au licenciement de Laurent et à Transdev ! »

Après l’audience, Laurent est revenu sur le déroulé de la matinée au micro de Révolution Permanente, annonçant les prochaines dates de la procédure :

Le combat continue donc pour obtenir sa réintégration et nécessitera de plus en plus de soutien. Dans un contexte de réforme des retraites, où l’intimidation et la répression syndicale s’organise pour nous empêcher de lutter, il est nécessaire de donner une réponse unitaire et massive face à la répression de n’importe lequel d’entre nous.



Mots-clés

Transdev   /    répression syndicale   /    Transport   /    Grève   /    Notre classe