^

Monde

« Palestinian Lives Matter »

Palestine. Manifestations à Gaza, Ramallah et Jericho contre le plan d’annexion d’Israël

Alors que la mise en application du plan « pour la Paix » devrait être annoncée par Netanyahou dans les prochains jours, une nouvelle journée de mobilisation a eu lieu en Palestine.

mercredi 1er juillet

Crédits photo : MOHAMMED ABED/AFP

Le « plan pour la paix », un drame pour la Palestine

Laissé plusieurs mois en suspend en raison de la crise sanitaire, le plan d’annexion des territoires palestiniens devrait être annoncé par Benyamin Netanyahou prochainement, puisque le 1er juillet avait été évoqué par le premier ministre israélien. Concocté par Trump et ses proches, le « plan pour la Paix » prévoit une annexion de la vallée du Jourdain et jusqu’à 30% de la Cisjordanie et constitue donc ni plus ni moins l’abandon d’un Etat palestinien, au-delà d’une reconnaissance de l’occupation israélienne.

Unanimement rejeté par les Palestiniens, ce plan sioniste a été qualifié de « déclaration de guerre » par le Hamas. Sa concrétisation par Netanyahou ne va cependant pas de soi. Si le premier ministre israélien a misé sur une surenchère réactionnaire, appuyée sur les milieux évangélistes et le clan pro-israélien des Etats-Unis, afin de soigner sa base sociale au milieu d’une crise politique profonde en Israël, la situation est aujourd’hui plus compliquée. Le plan d’annexion lui a en effet permis de former un gouvernement d’alliance avec son ex-opposant Benny Gantz, mais il est aujourd’hui l’objet d’une remise en cause.

Les organisations internationales et plusieurs pays se sont prononcés contre ce plan « pour la paix », ONU et Union Européenne notamment, aux côtés des pays arabes. Au-delà du « droit international », violé par une éventuelle annexion, celle-ci pourrait entraîner un regain de tensions dans la région. Le roi de Jordanie a ainsi mis Israël en garde contre un « conflit majeur ». Si cette option semble peu probable, les tensions diplomatiques restent présentes.

C’est pourquoi les discussions avec l’allié américain s’étirent : « M. Netanyahu, qui avait rencontré mardi à Jérusalem Avi Berkowitz, conseiller spécial de Donald Trump, et David Friedman, ambassadeur américain en Israël, « poursuit ses discussions avec les Américains », ont indiqué mercredi soir ses services. Il s’entretient aussi avec de hauts responsables militaires et du renseignements, a ajouté cette source, confirmant sans plus de détails que « d’autres discussions étaient au programme des prochains jours », précise Libération.

Mobilisation en Palestine : un 1er juillet marqué par des manifestations

Surtout, l’heure est à la mobilisation en Palestine. Si les Palestiniens sont divisés, des manifestations étaient appelées à Gaza comme en Cisjordanie. Un rassemblement dans la ville de Gaza a mobilisé des milliers de personnes dont Yahya Sinouar, l’un des responsables du Hamas, tandis que des manifestations ont également eu lieu à Ramallah et Jéricho en Cisjordanie. D’anciens ministres et députés israéliens ont participé à la manifestation de Jéricho : « Nous voulons affirmer notre soutien à la paix. Netanyahou et son projet d’annexion doivent être arrêtés », a déclaré l’ancien ministre travailliste de l’Intérieur Ophir Pines-Pas. Cette présence témoigne ainsi de l’opposition au projet d’annexion au sein d’Israël.

La veille au soir, le Hamas a également lancé des tirs de roquette en direction de la Méditerranée, un avertissement pour Israël, comme l’ont révélé à l’AFP des sources au sein du mouvement. Des manifestations sont par ailleurs appelées à travers le monde, en soutien à la cause palestinienne. En France des rassemblements ont eu lieu, à Toulouse notamment.




Mots-clés

Benyamin Netanyahou   /    Israël   /    Palestine   /    Monde