×

Répression

« Plus de 15 personnes arrêtées » : l’Etat réprime à nouveau le mouvement ecolo

Ce mardi, l'Etat a procédé à une nouvelle vague d'arrestations à l'encontre du mouvement écolo. Une opération de répression qui vise à préparer la possible dissolution mercredi des Soulèvements de la terre, face à laquelle il faut répondre en bloc.

Seb Nanzhel

20 juin 2023

Facebook Twitter
« Plus de 15 personnes arrêtées » : l'Etat réprime à nouveau le mouvement ecolo

Crédit photo : Licence creative commons

Deux semaines après un vaste raid répressif à l’encontre de militants écolos, qui s’était soldé par l’arrestation et la mise en garde à vue pendant parfois plus de 80 heures d’une quinzaine de personnes, l’Etat réitère l’opération.

Mardi 20 juin au matin, ce sont ainsi 18 personnes qui auraient été interpellées selon un communiqué des Soulèvements de la terre.

Vers 6 heures du matin, une soixantaine d’agents de la BRI et de la police judiciaire selon Mediapart ont perquisitionné plusieurs logements sur le site de la ZAD de Notre Dame Des Landes, avant de procéder à des arrestations. Libération rapporte que deux personnes ont également été arrêtées à Marseille.

Comme lors de la vague d’arrestations du 5 juin, l’Etat a mobilisé de lourds moyens répressifs pour mener à bien son opération. France 3 régions relève ainsi que les force de de répression étaient « épaulé[e]s par un hélicoptère » à Notre Dame des Landes, quand Mediapart relaie la paroles de témoins soulignant « la brutalité de l’intervention policière (une porte défoncée à coups de bélier, au moins une personne plaquée au sol). »

Comme le 5 juin également, les personnes interpellées au cours de cette vaste opération de répression seraient accusées d’avoir participé à une action contre Lafarge en 2022, ou encore aux mobilisations de Sainte Soline.

Parmi les personnes interpellées, l’un des porte-parole des Soulèvements, Benoît Feuillu. Un élément qui illustre la logique politique derrière ces vagues d’arrestations. Si elles ont pour objectif de réprimer et menacer les militants écolos et du mouvement social plus en général, elles servent également à asseoir les menaces de dissolution des Soulèvements. Le timing ne trompe d’ailleurs pas : ces menaces ont été réactualisées par Macron lui-même la semaine dernière à l’issue de la première vague d’arrestations, alors que Darmanin s’était jusqu’ici cassé les dents sur le dossier. La dissolution devrait être prononcée en conseil des ministres ce mercredi et, comme le relève Mediapart, « Placé en garde à vue, Benoît Feuillu n’aura donc pas l’opportunité de suivre l’évolution de la procédure administrative en cours. »ni d’intervenir médiatiquement sur le sujet.

C’est donc une double offensive policière et judiciaire qui vise Les Soulèvements, menée par un État qui cherche à faire taire la radicalité qui commence à s’exprimer dans le mouvement écolo. Plus généralement, le gouvernement cherche à clore par la répression une séquence de crise importante ouverte par les retraites qui l’a lourdement fragilisé. Dans ce sens, cette offensive est une offensive à l’encontre de l’intégralité du mouvement social et c’est l’intégralité du mouvement social qui doit s’y opposer avec la plus grande fermeté.

Dans un communiqué, Les Soulèvements de la terre appellent à des rassemblements mercredi 21 devant les préfectures à 19h, en solidarité avec les interpellés et contre la dissolution du mouvement. Soyons nombreux et nombreuses demain pour nous opposer à cette offensive répressive et sécuritaire qui touche le mouvement écolo et plus largement tout le mouvement social, pour exiger la libération sans charge de tous les interpellés et nous opposer à la dissolution des Soulèvements !


Facebook Twitter
InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

La question de l'État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

La question de l’État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

Nestlé. L'eau était contaminée et filtrée illégalement, l'Etat a caché le scandale

Nestlé. L’eau était contaminée et filtrée illégalement, l’Etat a caché le scandale

Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Week-end de répression contre les opposants à l'A69 : la police tente d'assiéger la ZAD

Week-end de répression contre les opposants à l’A69 : la police tente d’assiéger la ZAD

Un musée financé par l'industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l'or noir

Un musée financé par l’industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l’or noir

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux


Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l'agro-business

Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l’agro-business