^

Politique

Procès Balkany

Pour Challenges, la prison n’est pas la solution pour les riches car ils sont « inoffensifs »

Alors que s’ouvre le procès du couple Balkany, et tandis que les gilets jaunes sont envoyés par dizaines de façon expéditive en prison, le journal pro-patronal Challenges publie un éditorial pour défendre l’idée d’une justice à deux vitesses.

lundi 27 mai

« Laisser les places de prison à ceux qui sont dangereux »

Alors que s’ouvre le procès du couple Balkany, et tandis que les gilets jaunes sont envoyés par dizaines de façon expéditive en prison, le journal pro-patronal Challenges publie un éditorial pour défendre l’idée d’une justice à deux vitesses.

L’éditorial aura au moins le mérite d’être clair et sans ambages. Sophie de Menthon se demande s’il est bien raisonnable d’enfermer un riche dans une prison quand les places, du fait de la surpopulation carcérale, se font rares et que l’on pourrait les garder bien au chaud pour ceux qui menacent l’ordre public. La voilà donc qui envisage tout sereinement l’idée « de créer de vraies peines de substitution […] réservées à ces "délinquants en col blanc ».

Une justice pour les riches nécessairement inoffensifs et une pour les pauvres nécessairement dangereux serait ainsi pour la journaliste une mesure de « bon sens ». Impossible de ne pas songer, dans ce contexte ultra répressif, aux gilets jaunes qui sont jetés par dizaines en prison à l’issue de procès expéditifs. Ceux qui osent manifester sont traités comme des criminels et se retrouvent, sans preuves, derrière les barreaux pour de nombreux mois. Pas de quoi émouvoir pourtant Sophie de Menthon qui ne manque pas de s’insurger de tout son être contre l’incarcération de ses semblables qui « jamais, au grand jamais, ne peuvent représenter un danger quelconque pour la société ».

A-t-on vu Challenges consacrer un édito après l’incarcération pour trois mois d’un jeune homme de 22 ans à Toulouse en novembre 2016 pour un vol de fromage et alors qu’il n’avait rien mangé depuis trois jours ? Pas de trace d’édito non plus, après la condamnation d’un SDF à trois mois de prison avec sursis pour avoir volé dans la poubelle d’un supermarché..

Que faisait Sophie de Menthon, gardienne des humbles, lorsqu’on jetait pour deux mois en prison un jeune homme de 18 ans pour avoir volé des pâtes et du riz par nécessité ?. Voler des millions serait moins dommageable que de voler un sachet de pâtes ? Alors que la société tout entière est étranglée par des mesures austéritaires qui dégradent les conditions de vie et de travail causant même parfois des suicides, on voudrait nous faire croire que celui qui vol par nécessité est aussi plus dangereux que celui qui vol par cupidité ?

La société de classe enseigne aux uns la soumission, aux autres l’impudence

Ce qui est plus remarquable dans cet article, outre le scandale qu’il constitue en lui-même, c’est le degré d’aveuglement dont il est l’expression. Il est assez spectaculaire de constater que pour la classe dominante, l’indulgence à son endroit est perçue par elle comme un dû et une mesure de bon sens. La simple mise en examen constituant même aux yeux de l’éditorialiste, un mal déjà amplement suffisant qui justifierait l’arrêt des poursuites. « Interpellations agressives, rejet, douleur de l’entourage sont déjà une peine en soi qu’il faudrait prendre en considération ». Qu’un Balkany puisse se trouver dans une position comparable à celle d’un voleur de grand chemin est déjà une violence qui exempterait presque de la peine. Plus loin, Sophie de Menthon, dans sa grande inspiration progressiste, envisage comme peine alternative pour ces riches qu’on puisse les envoyer « aider les personnes en difficultés à remplir papiers ou déclarations, apprendre aux étrangers et aux jeunes en difficulté à lire dans les banlieues ».

Cette saillie concentre à elle seule tout le mépris social de l’éditorialiste qui assimile d’un trait le travail social à une peine, la richesse matérielle à la supériorité intellectuelle (comme si un Balkany, un Tapie ou un Sarkozy étaient nécessairement capables d’effectuer le métier d’instituteur), en plus de faire la promotion non déguisée d’une justice de classe à deux vitesses. Tout le naturel avec lequel ces outrages au droit le plus élémentaire sont alignés par l’éditorialiste, qui s’étonnerait surement d’un accueil si froid, est l’expression de ce que la domination capitaliste enseigne : aux pauvres à respecter scrupuleusement l’ordre établi et à se méfier les uns des autres et aux riches un esprit de caste et la conviction enracinée d’être au dessus des lois.

Cette double perception de la justice n’est pas nouvelle. Voltaire en son temps affirmait déjà qu’il « est fort bon de faire [croire] aux gens qu’ils ont une âme immortelle et qu’il y a un Dieu vengeur qui punira mes paysans s’ils veulent me voler mon blé », célébrant ainsi la justice comme instrument garantissant sa propre fortune acquise en grande partie par le moyen hautement moral de la spéculation.

Derrière le procès Balkany, les scandales d’une Vème république aux abois

Inconsciemment ou non, c’est pour défendre tout l’ordre établi que Sophie de Menthon monte au créneau. Cet ordre établi semi-mafieux que représente Balkany est celui mis en place par le RPR de Chirac, prolongé par l’UMP de Sarkozy et dont cherche sans cesse à s’inspirer Macron. Plus largement, toute la cinquième république et ses cadors, du PS au RN en passant par LR, jouissent d’immunités et de passe-droits de toute espèce tout en développant des discours sans cesse plus hostiles aux pauvres et aux travailleurs.

On se souviendra de la politique de la tolérance zéro et du karcher de Sarkozy qui s’enlisait en parallèle dans les pires malversations criminelles, des leçons de morale d’un Fillon d’un Woerth, d’un Cahuzac ou d’un Tian empêtrés dans des affaires d’escroquerie et de fraude, des surenchères répressives d’un Valls ou d’un Macron quand ce dernier envoie ses barbouzes faire la loi, et des discours haineux et hostiles aux migrants comme aux gilets jaunes des cadors du RN qui ne s’embarrassent pas de l’honnêteté quand il s’agit d’employer des assistants parlementaires.

Toutes ces affaires expriment un même scandale, celui d’un monde qui n’a plus rien à offrir que de nouvelles chaines et que les gilets jaunes ont mis à mal. C’est cette voie qu’il faut prendre pour aller plus loin encore !




Mots-clés

Isabelle Balkany   /    #InteretDeClasse   /    mépris de classe   /    Patrick Balkany   /    #JusticeDeClasse   /    Politique