^

Politique

SNCF

Quand les médias jouent le jeu de Macron sur le chiffre d’affaire de la SNCF

A l’image d’Air France, alors que la SNCF fait de très bons bénéfices, tous les médias traditionnels parlent une nouvelle fois des chiffres plombés par la grève.

vendredi 1er mars

Une histoire de mauvaise habitude ? Après Air France voilà qu’une nouvelle fois tous les médias traditionnels dénoncent la grève pour parler « d’un chiffre d’affaire catastrophique », finalement lorsqu’on y jette un coup d’œil, ce n’est pas si catastrophique que ça lorsqu’on sait que la SNCF a généré près de 33,3 Milliards d’euros de profits en 2018, ce qui constitue un léger recul par rapport à 2017 (33,51 Milliards d’euros). Un chiffre à relativiser d’autant plus que les différents jeux comptables permet de modifier les sommes dans un sens ou dans l’autre selon les intérêts de la communication des dirigeants. Mais là où les grands médias pointent le bout de leur nez, c’est-à-dire sur le bénéfice net : +141 millions d’euros en 2018 contre +1,5 Milliards d’euros en 2017, en dénonçant comme pour Air France la grève du printemps 2018 mais contrairement au secteur aérien il est difficile de dire que la grève n’a pas plombé le chiffre d’affaire. Une expression dit que les chiffres ne mentent jamais alors en voilà la preuve, sans les cheminots la SNCF ne génère pas de revenus. On se passera également de parler du fiasco des petits fours à 5 millions d’euros lors de l’inauguration de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux, car cette dépense était essentielle. Mais on peut également dire que sans réforme du rail, il n’y aurait pas eu « de chiffre d’affaire plombé ». Car aujourd’hui il est difficile de dire que cette réforme va arranger quoique ce soit pour les usagers, une chose est sûre elle va dégrader sans précédent les conditions de travail des cheminots, car maintenant Pepy est tellement « décomplexé » qu’il se permet d’annoncer un plan social à la radio.

Sans oublier aussi qu’en 2018 on nous disait que la SNCF coûtait trop cher et que l’entreprise n’était pas compétitive alors que les bénéfices eux étaient bel et bien là et que les cheminots eux ont généré énormément de richesses, de par leur travail et leurs efforts, beaucoup étant fier d’être à la SNCF et qui défendent une autre vision du service public que celle de Macron et de Pepy. Bien sûr aucun média ne parle du fait que les salaires à la SNCF sont gelés depuis 5 ans maintenant, que les cheminots ne sont pas récompensés par leur travail au quotidien et que les salaires fixes sont très peu élevé à la SNCF. Sur ce terrain de manque de pouvoir d’achat les cheminots ont une ouverture avec le mouvement des gilets jaunes, car évidemment la colère est toujours présente, et encore plus après les provocations de Guillaume Pepy sur le plateau de RMC. Il est nécessaire de reprendre le chemin de la lutte car il n’est jamais trop tard.

Crédit photo : Challenges / Benoit Tessier




Mots-clés

Bataille du rail   /    SNCF   /    Politique