^

Politique

NUPES

Racisme : pour Roger Vicot, investi par la NUPES, les gens du voyage « c’est devenu insupportable »

Alors que ce samedi, les composantes de la NUPES célébraient leur accord pour les législatives, le vernis progressiste continue à s’effriter et les contradictions de cette coalition électorale se font de plus en plus apparentes. En témoigne l’investiture de Roger Vicot, maire de Lomme et conseiller départemental du Nord, investi par le PS dans le cadre de la NUPES, et pour qui la présence de gens du voyage dans sa ville est « insupportable ».

mardi 10 mai

Après l’accord conclu entre la France insoumise et le Parti Socialiste pour les élections législatives, on apprenait l’investiture de Jérôme Lambert, député PS pro manif pour tous. Dans la 11e circonscription du département du Nord, les couleurs de la NUPES seront portées par Roger Vicot, maire de Lomme, qui mène des politiques xénophobes contre les gens du voyage et qui a fait du thème de la sécurité des territoires son fer de lance depuis quelques années. De quoi démontrer à nouveau, s’il le fallait encore, que le Parti Socialiste soi-disant « révolutionné » mis en avant par la France Insoumise pour légitimer leur accord pour les élections législatives, n’a pas changé.

L’investiture de Roger Vicot, actuel maire de Lomme et conseiller départemental du Nord PS, a été annoncée la semaine dernière. Ce dernier mène depuis plusieurs mois une campagne d’expulsion aux relents xénophobes contre les « gens du voyage » dont il qualifie la présence dans une zone commerciale de la ville de Lomme « d’insupportable ». Il mène une politique d’arrache-pied pour expulser ces populations qu’il ne tolère visiblement pas ou seulement en petit nombre aux abords de sa ville. Dans une lettre ouverte au préfet datant du 27 avril, il décrit cette situation comme étant « insupportable » et somme le préfet d’agir à coup de renforts de police pour réprimer et expulser les personnes de cette communauté qui s’installeraient. Quelques milliers d’euros ont été investis en équipements sécuritaires autour de la zone commerciale pour empêcher les gens du voyage de s’installer et pour les réprimer, et cela même alors qu’aucun moyen n’a été alloué pour créer des aires d’accueil pour ces populations qui font face à un déficit de 500 places environ rien que dans la MEL (Métropole Européenne de Lille).

Cette candidature montre une nouvelle fois comment le projet de la NUPES réhabilite un PS moribond, qui, loin d’avoir changé depuis le hollandisme, continue de mener localement et de défendre des politiques xénophobes, sécuritaires et pro-policières qui visent à réprimer et à marginaliser les populations jugées non désirables. Cette réhabilitation des vieux roublards de la politique à travers la NUPES se fait au détriment de militants de quartiers populaires, de candidatures ouvrières comme celle de Cédric Brun, remplacé par le directeur d’Eiffage. Plus que jamais, nous n’avons rien à attendre de ce genre d’alliances qui ne saurait représenter un projet de rupture ou d’alternative pour les travailleurs, les quartiers populaires et la jeunesse. Pour se préparer à combattre Macron et ses attaques, c’est bien dans la rue et par le troisième tour social qu’il faut que les travailleurs et la jeunesse s’organisent en dénonçant toutes les illusions dangereuses pour notre classe que représente le projet de la NUPES.



Mots-clés

NUPES   /    Union populaire   /    Racisme d’État   /    Racisme   /    Jean-Luc Mélenchon   /    PS   /    Politique