^

Politique

Tournant répressif

Saint-Ouen : le maire instaure un couvre-feu et demande l’intervention de l’armée

Après avoir décrété un couvre-feu, en place depuis jeudi soir, le maire de Saint-Ouen poursuit son tournant répressif dans la gestion du confinement en réclamant des « moyens militaires » en plus des moyens policiers.

samedi 28 mars

Crédit-photo : LP/Olivier Corsan

Depuis jeudi soir, les habitants de la ville de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis (93) n’ont plus la possibilité de sortir de chez eux entre 19h et 6h du matin, suite à un arrêté municipal, promulgué mercredi, dans le but de « durcir les mesures sanitaires prescrites au niveau national ». Ce tournant coercitif intervient alors qu’il y a quelques jours seulement, la préfecture demandait le retrait du couvre-feu instauré à Aubervilliers de 20h à 5h du matin.

Autant de mesures prises dans ces villes et quartiers populaires dans un contexte où les scènes de violences policières se multiplient dans ces zones où la présence des forces de répression a été renforcée. Parmi les moyens répressifs appliqués : gardes à vues, verbalisations et interpellations violentes se succèdent, dans ces quartiers dont les habitants ont vu leurs conditions de vie se détériorer encore davantage et la précarité augmenter avec le confinement... et qui, pour beaucoup d’entre eux, continuent d’être obligés de sortir pour aller au travail ou parce que les appartements où ils vivent sont trop petits. Ces derniers jours, dans la cité des Ulis, un jeune livreur d’Amazon a été frappé violemment par la police alors qu’il se rendait au travail.

Mais à Saint-Ouen, le maire William Delannoy, encarté UDI, appelle dorénavant l’armée en renfort : « La police ne peut pas tout. Pourquoi n’utilise-t-on pas des moyens militaires ? ». Un appel qui intervient quelques jours après les déclarations du Président de la République à propos de sa volonté de s’appuyer toujours plus sur les moyens militaires pour appuyer les policiers déjà largement déployés partout sur le territoire, plutôt que de mettre en place, en urgence, un véritable plan sanitaire à la hauteur de la situation.. Ces déclarations graves pourraient bien préparer une intervention de l’armée sur le territoire métropolitain, après avoir annoncé des renforts militaires dans les colonies françaises. Nous devons refuser que la crise actuelle soit utilisée pour justifier un saut autoritaire et répressif que prépare le gouvernement.




Mots-clés

confinement   /    Répression policière   /    Coronavirus   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique