^

Politique

17décembre : on lâche rien

Savoie. 8000 manifestants contre la réforme des retraites : on continue !

6 000 à Chambéry, 1 600 à Albertville et 300 à Saint-Jean-de Maurienne : les trois manifestations savoyardes auront au total réuni autant de personnes que la manifestation centralisée à Chambéry du jeudi 5 décembre. Blocages et convergences étaient au programme d'une journée réussie, qui montre à quel point l'opposition à la réforme des retraites reste bien présente.

mercredi 18 décembre 2019

Crédit photo : TVNet Citoyenne

Ce 17 décembre à Chambéry, la lutte aura commencé tôt : dès 5h30 du matin, une soixantaine de militants étaient présents dans la zone industrielle de Bissy pour bloquer le transport routier et les bus Transdev. Malgré la présence de la police, le blocage a tenu jusqu’à 9h, suffisamment pour perturber fortement le trafic sur la VRU et l’A43. Pendant ce temps, en Maurienne, des cheminots, des salariés de l’usine Trimet, de l’usine Arkema de La Chambre, des militants de la CGT, de Sud - Solidaires, du SNES-FSU ainsi que des gilets jaunes, soit plus d’une centaine de manifestants au total, bloquaient le péage de Saint-Michel-de-Maurienne

A 10h, ce sont les cheminots qui ont tenu leur assemblée générale à Chambéry. Avec 50 à 60 % de grévistes chez les roulants et les aiguilleurs, les 106 grévistes présents à l’assemblée ont reconduit la grève à l’unanimité moins 2 voix. Pour la CGT cheminots comme pour Sud Rail et FO, le mot d’ordre est clair : zéro négociation, la grève se poursuivra jusqu’au retrait total de la réforme. Comme l’a déclaré Mathieu, porte-parole de la CGT cheminots lors de l’assemblée générale, « pour Noël, qu’on mange de la dinde, de la caille ou du poulet, c’est sur le piquet qu’on les mangera ! » Pour Fabien, porte-parole de Sud Rail, maintenant que le fusible Delevoye a fondu, c’est le gouvernement qu’il faut faire disjoncter. Quant à la direction de la SNCF, elle est loin d’être sereine : un échange de mails entre Jean-Pierre Farandou, PDG, et Benjamin Regnault, DRH, témoigne de leur crainte que le mouvement se poursuive encore dans la durée, et de la difficulté qu’il y aura pour ménager le rythme de travail des cadres envoyés en remplacement des grévistes.

A 13h, plusieurs centaines de personnes ont convergé devant l’hôpital de Chambéry pour soutenir les soignantes et soignants en lutte. Ces derniers non plus n’envisagent pas de trêve de Noël : ils ont ainsi grimé le cortège en « étrange Noël de l’hôpital », illustrant les menaces de mort qui pèsent littéralement sur les patients et plus métaphoriquement sur l’hôpital public. Les soignants et leurs soutiens sont ensuite descendus vers le Palais de Justice pour rejoindre la manifestation interpro appelée à 14h.

En début d’après-midi, ce sont 6 000 manifestants à Chambéry, 1 600 à Albertville et 300 à Saint-Jean-de Maurienne qui ont défilé pour crieur leur refus de cette réforme des retraites et leur envie d’une meilleure répartition des richesses. Du côté des enseignants, les taux de grévistes étaient importants : de 40 à 50% de grévistes dans les lycées du Granier, Louis Armand, Vaugelas et de Saint Genix ainsi qu’au collège de Barby, 70 % de grévistes à l’EREA, la vie scolaire fermée au collège Jules Ferry et au collège de Barby.

Si la CFDT reste sur des positions particulièrement timides, ces chiffres, qui sont comparables à ceux du 5 décembre, montrent à quel point de nombreux travailleurs et travailleuses refusent de voir le système de retraites être laminé par le gouvernement en place. Il faut donc que la lutte s’intensifie et se structure pour dépasser le cap des vacances scolaires et des fêtes de Noël.
Sur Chambéry et en Savoie, plusieurs actions sont prévues dans les jours à venir :
- mercredi 18 décembre, rdv 4h30 à la maison des syndicats ou à 5h sur le parking du Lidl de Montmélian
- jeudi 19 décembre, rdv 8h30 sur le parking du Phare (et peut-être manifestation l’après-midi)
- vendredi 20 décembre, rdv 8h30 sur le rond point de l’Europe à Moûtiers
- samedi 21 décembre, rdv 10h sur le parking d’Emmaus




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Chambéry   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Grève générale   /    Politique