^

Politique

Communiqué

Sud Education : "Aujourd’hui on assiste dans le 93 à une drôle de vague de réponse ; celle de la répression"

Nous relayons ci-dessous le communiqué Sud Education 93. " Aujourd’hui on assiste dans le 93 à une drôle de vague de réponse ; celle de la répression, pour faire des lendemains de mobilisation, des lendemains de démoralisation et faire passer aux travailleurs de l’éducation, l’envie de se mobiliser à nouveau."

lundi 14 décembre 2020

La grève de Novembre des travailleurs de l’éducation que certains ont voulu enfermer comme une grève uniquement « sanitaire », faisant fi de la lame de colère profonde qui existe aujourd’hui dans l’Éducation, autour de la contestation des réformes Blanquer, de l’absence de moyens se faisant encore plus cruelle dans une situation de pandémie, cette grève a été radicale et particulièrement massive dans le second degré durant deux semaines en Ile de France.

Cette mobilisation aura permis déjà de faire reculer Blanquer sur son absence de protocole côté lycée, même si la volonté, ne nous y trompons pas, a été surtout de diviser la mobilisation. Par manque de coordination des différents établissements pour faire peser les revendications, la mobilisation s’est malheureusement délitée, mais d’autres secteurs de travailleurs notamment les plus précaires ont su prendre le relai, et par la suite se mettre également en mouvement ; AESH, AVS, agents et plus récemment la grève des AEDs.

Aujourd’hui on assiste dans le 93 à une drôle de vague de réponse ; celle de la répression, pour faire des lendemains de mobilisation, des lendemains de démoralisation et faire passer aux travailleurs de l’éducation, l’envie de se mobiliser à nouveau.

Ne nous y trompons pas l’ordre vient de très haut et le recteur de l’académie ; Auverlot aura su mettre en ordre de bataille tous ces petits chefs d’établissement sans vergogne pour mettre au dessus-de la tête de ceux qui l’auront trop relevée durant la dernière période, une épée de Damoclès qui saura tomber pour prévenir des futures mobilisations.

Ainsi, si le phénomène de répression dans l’éducation n’est pas nouveau, on pense notamment à nos collègues du collège République à Bobigny dont les dossiers disciplinaires ont été montés de toutes pièces, on pense aux collègues de Melle sanctionnée pour avoir osé contester les E3C. Le phénomène de la « confiance » made in Blanquer prend un nouveau tournant en ciblant tous ceux qui ont osé dénoncer le manque de moyens, les injonctions contradictoires, les réformes qui sacrifient l’éducation publique…

Ainsi sur différents établissements de ; Saint-Denis, Stains, Bobigny, Villepinte, Aubervilliers, des collègues se voient depuis deux semaines convoqués pour des motifs fallacieux. Des enquêtes disciplinaires sont diligentées sur plusieurs établissements franciliens : Angela Davis à St Denis, le lycée Voltaire, Paul Valéry à Paris, et Jean-Jaurès à Montreuil… pour ce que nous en savons.

Sud Education 93 témoigne sa solidarité à tous ceux qui profs comme élèves subissent de la répression dans la période. Et les appellent à venir nous témoigner de leurs situations.

Pour Sud Education 93 il y a urgence à mettre un frein à cette vague de répression sans précédent, à ce que les salles de profs fassent bloc dans la période, à ce que les organisations syndicales de l’éducation au niveau national mettent un coup d’arrêt à cette dynamique répressive mais également qu’elles mettent dehors celui qui détruit l’éducation publique depuis maintenant 3 ans et qui aura pour se faire été jusqu’à financer son propre syndicat.

Si vous touchez à l’un d’entre nous, nous répondrons par milliers, nous avons à cœur de défendre l’éducation publique et gratuite de nos élèves et cela va par la protection des personnels, agents et élèves qui dénoncent la violence de ce système.




Mots-clés

répression syndicale   /    Répression   /    Politique