^

Politique

Impunité policière

Symbole d’extrême droite sur l’uniforme : deux policiers portent plainte contre l’élu LFI qui les a dénoncés

Lors d’un rassemblement devant la mairie, deux policiers municipaux de Pierrefitte (93) ont été vu arborant un symbole d’extrême droite. Alors qu’un élu de la ville a dénoncé ce symbole, les deux policiers, soutenus par la ville ont porté plainte pour diffamation.

mercredi 11 novembre

L’impunité policière a de beaux jours devant elle. A Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), deux policiers municipaux ont été vus, lors d’un rassemblement de professeurs devant la mairie, arborant un écusson « Punisher », un symbole utilisé largement chez les policiers d’extrême droite.

Alors que le jeune élu alerte les médias et demande à la mairie de faire cesser cette situation, les policiers portent plainte pour diffamation. « Le maire ne m’a pas répondu et j’apprends que les deux policiers portaient plainte contre moi et que la municipalité se demande si elle va faire de même  » explique à Révolution Permanente Yohan Sales, un élu France Insoumise de la ville. « Je dénonce que deux policiers arborent un symbole d’extrême droite, et la réponse de la part de la mairie, c’est de l’intimidation, des menaces de plainte et une impunité : on nage en plein délire ! » poursuit le jeune élu soutenu par plusieurs députés comme Ugo Bernalicis ou Eric Coquerel.

Mais le Punisher, c’est quoi ? C’est avant tout un anti-héros de l’univers Marvel, créé en 1974, qui fait justice par lui-même. Un symbole dont l’extrême droite s’est emparé, notamment dans la police. « Le Punisher, c’est celui qui fait juge, juré et bourreau. Les policiers se sentent dans un rôle de punisseur, qui agissent en toute impunité et pour qui tout est permis » nous explique l’élu. Et si la tête de mort présente sur les uniformes ne suffisait pas, la devise sur l’un des blasons parle par elle-même « Dieu jugera nos ennemis, nous organisons la rencontre ». Autrement dit, une revendication à peine voilée des violences policière. Alors que la mairie parle de « petit grigri », l’élu dénonce l’hypocrisie de la mairie PS : « on ne va pas me faire croire que c’est complètement anodin et que ces gars là sont fans du Punisher comme ils seraient fans de Spiderman ».

Cette affaire, en pleine loi Sécurité Globale, révèle une fois de plus l’impunité dont les policiers jouissent et vont jusqu’à revendiquer, soutenus par leur mairie. Par ailleurs, cette loi, qui va empêcher les journalistes de diffuser des photos de la police publiquement, aurait tout simplement empêché le journaliste de RadioParleur, Pierre-Olivier Chaput, de diffuser ces images en première instance. Comme l’explique Yohan Sales, cette affaire « [s’inscrit dans un contexte globale, notamment en Seine-Saint-Denis. Aujourd’hui, on a des affaires de violences avec la CSI 93, où on fait face à une police municipale armée. On est dans un contexte de répression globale, de climat sécuritaire à l’échelle nationale ». Face au refus de la ville de faire retirer les insignes, des organisations syndicales et politique prévoient un rassemblement devant la mairie lors du prochain conseil municipal, le 19 novembre.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Police   /    Racisme   /    Violences policières   /    Politique