^

Jeunesse

"On n'est pas des esclaves !"

Tolbiac. Les grévistes d’Arc en ciel vous invitent à un grand rassemblement de solidarité lundi 14 novembre

Les travailleurs et les travailleuses du nettoyage de la fac de Tolbiac sont en grève depuis près d’une semaine contre la société Arc-en-ciel après des mois de maltraitance. Lundi 14 novembre, ils vous invitent à un grand rassemblement de solidarité à 12h devant le centre PMF, 90 rue de Tolbiac.

vendredi 11 novembre

En grève reconductible depuis le 7 novembre, les travailleurs du nettoyage de Tolbiac élargissent leur combat et appellent à la solidarité lundi 14 novembre à l’occasion d’un rassemblement organisé devant le centre Pierre-Mendes-France de l’université Paris 1. Embauchés par l’entreprise Arc-en-ciel, les travailleurs et les travailleuses du nettoyage vivent un enfer quotidien depuis plusieurs mois, entre retard ou défaut de paiement, absence de contrat et mauvais traitements.

A la suite du licenciement de Siva Jothivadivel (conséquence de son refus de réorganiser ses équipes en supprimant des postes), le 28 octobre, les travailleurs du site de Tolbiac ont entamé un mouvement de grève lundi dernier. Ils exigent la réintégration de leur cheffe d’équipe, la réduction des charges de travail, notamment par de nouvelles embauches mais aussi l’augmentation des salaires ou encore la mise en place d’un 13e mois, le versement de la prime de décapage, le paiement des salaires sans retard au 7 de chaque mois et l’arrêt des mutations abusives. Contre le travail sans contrat dont sont victimes plusieurs salariés et face aux conditions de travail de la sous-traitance, ils demandent l’embauche en CDI de tous les CDD, et l’internalisation à l’université des activités de nettoyage.

Face à la mobilisation, la société Arc-en-ciel et de la direction du centre de Tolbiac ont décidé de jouer la carte de la répression. Après avoir multiplié les tentatives d’intimidation et les menaces, fait venir d’autres travailleurs sur le site (parmi lesquels certains auraient reconnu ne pas avoir de contrat de travail), Arc-en-Ciel ne s’est pas présenté mercredi à la réunion de négociation avec les grévistes. De son côté si la présidence de Paris 1 tente de se faire passer pour médiatrice dans un conflit dont elle est pourtant partie prenante, elle n’est pas en reste sur ce terrain. Entre tentatives d’interdiction des piquets de grève et du tractage à l’intérieur de l’université, la direction de Tolbiac espère la fin rapide du conflit pour éviter que la façade immaculée de l’ « université d’élite » ne craque, et que tous puissent contempler la réalité de l’exploitation, de la misère et du mépris des salariés qui la font vivre.

La lutte des travailleurs de Tolbiac remet au premier plan une réalité très largement partagée à l’université. Le recours de plus en plus massif à la sous-traitance pour réduire les coûts concernant le service de nettoyage, de sécurité ou de restauration plonge dans la misère des travailleurs essentiels de l’université et cautionne des méthodes d’exploitation brutales.

En quelques jours, la caisse de grève a dépassé les 2 500 euros, signe de la solidarité des étudiant-e-s, du personnel et des enseignants de l’université. Pour poursuivre cet élan et soutenir ces travailleurs et travailleuses de l’ombre, majoritairement issues de l’immigration, qui relèvent la tête pour la dignité et de meilleurs conditions de travail, rendez-vous lundi 14 novembre, devant le centre PMF de la Sorbonne, 90 rue de Tolbiac.

Faites un don à la caisse de grève : https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/salarie-e-s-arc-en-ciel-en-greve-a-tolbiac

Et signez la pétition pour appuyer leurs revendications : https://www.change.org/p/on-n-est-pas-des-esclaves-soutien-aux-gr%C3%A9vistes-du-nettoyage-de-paris-1



Mots-clés

Arc-en-ciel   /    Etudiants    /    Caisse de grève   /    Tolbiac   /    Secteur du nettoyage   /    Grève   /    Jeunesse   /    Notre classe