^

Politique

Rendez-vous à 18h au square Charles de Gaulle

Toulouse. Ce 15 juillet soyons nombreux au rassemblement pour la régularisation des sans-papiers

Depuis le premier appel à la marche des solidarités la lutte des sans-papiers s'organise à Toulouse. Ce mercredi 15 juillet, à l'appel du collectif des sans papiers 31, un nouveau rassemblement est organisé pour obtenir la régularisation des sans papiers, leur droit au logement ainsi que la fermeture des CRA. Rendez-vous à 18h au square Charles de Gaulle !

mardi 14 juillet

Crédits photo : Groupe Facebook Collectif des sans papiers Toulouse 31

Suite au premier appel à la marche des solidarités le 30 mai dernier, qui avait réuni plusieurs milliers de personnes à Paris et dans d’autres villes pour revendiquer la régularisation des sans papiers, le droit au logement pour tous et la fermeture des Centres Administratifs de Rétention (CRA) , la lutte des sans papiers s’organise à Toulouse. A sa tête, le Collectif des Sans-papiers 31, duquel fait partie fait partie Collectif de Défense des Étudiants Sans Papiers et qui a été créé au début du mois de juin dans le but justement de construire la mobilisation.

Une mobilisation qui émerge dans le sillage de la crise sanitaire dans laquelle les sans-papiers ont fait partie de ceux se retrouvant en première ligne de la crise, exposés à une précarité accrue, autant matérielle que sanitaire, dans l’indifférence la plus totale du gouvernement. C’est cette surexploitation (les sans papiers étant utilisés par le patronat pour avoir une main d’œuvre à plus bas coût), couplée au racisme, à la répression et à des conditions de vies inhumaines que leur impose l’État français que les sans-papiers dénoncent dans les rues depuis plusieurs semaines.

Ainsi, dans l’appel au rassemblement de ce 15 juillet le collectif des sans-papiers 31 explique ceci : « Les Sans-Papiers et migrantEs ont été en première ligne pendant la crise, exploitéEs dans les pires des conditions dans des secteurs qui ont continué à tourner (nettoyage, livraison, bâtiment, service à la personne, restauration même des étudiants..)ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenuEs dans les CRA, vivant à la rue ou hébergéEs dans des hébergements souvent précaires et insalubres ».

En effet, alors que les travailleurs sans-papiers font partie de ceux qui ont continué de faire tourner le pays lors de la crise sanitaire, nombre d’entre eux vivent dans une énorme précarité et font face à un racisme d’Etat et à une réelle traque et répression par la police et la justice, dont les expulsions, OQTF, centres de rétentions, en sont les expressions les plus brutales. Et ce alors que c’est ce même Etat français impérialiste qui, à travers son exploitation et pillage de pays entiers, coloniaux et semi-coloniaux, condamne des millions de personnes à quitter leur pays d’origine, au risque de leurs vies, pour tenter d’échapper à la misère et précarité.

Une situation qui n’a pas changé post confinement, ce malgré le rôle que nombre de travailleurs sans-papiers ont eu dans la gestion de la crise. Cet arrière fond, dénoncé par le Collectif, explique l’émergence des mobilisations actuelles : " Avec sa volonté d’ignorer leur contribution au travail qui a permis pendant cette période de crise sanitaire et permet tous les jours à ce pays de fonctionner, il (le gouvernement) laisse volontairement les sans-papiers exploité-es, sans droits, dans une situation d’inégalité et d’injustice totale ".

Face à la mobilisation émergente des sans-papiers et à leurs revendications, l’Etat n’a apporté évidemment aucune réponse, si ce n’est la répression. A l’instar du dernier rassemblement toulousain le samedi 20 juin dernier où la préfecture a rejeté la demande de manifestation et envoyé la police pour effectuer des contrôles d’identités. Face à cette répression et à la politique antisociale et raciste du gouvernement, droit dans ses bottes pour continuer à precariser les sans-papiers et leur faire payer la crise, le collectif des sans-papiers 31 a décidé de continuer à s’organiser, en toute indépendance de l’Etat, pour obtenir leurs revendications.

Amplifier le rapport de force, en lien avec d’autres forces est en effet la logique affichée par le Collectif des sans-papiers 31 qui donne le ton dans leur appel au rassemblement de mercredi : « Appel Au rassemblement des Sans-Papiers : si le pouvoir n’entend pas il faut crier plus fort ! C’est pour cette raison que nous appelons se rassembler plus nombreuses et plus nombreux le 15 juillet au Square Charles De Gaulle sortie de métro capitole à partir de 18:00. Ce afin de construire un rapport de force " Pour la régularisation de touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs, le logement pour touTes et la fermeture des CRA" .

En ce sens, plusieurs organisations ont soutenus et rejoins l’appel au rassemblement. Parmi elles, Solidaires 31, le Comité Verite et Justice 31, le NPA, le Dal, Uet, BDS. Un arc de force à élargir dans la lutte contre le racisme d’Etat et sa politique répressive à l’égard des sans papiers. Face à la situation actuelle, post confinement et début de crise économique d’ampleur, il est primordial que nous nous organisons autour de revendications communes qui unifient l’ensemble des secteurs de notre classe, ce afin d’apporter une solution alternative à celle que souhaite nous imposer le patronat et le gouvernement. Contre toute tentative de division qu’ils tente de mettre en place au sein de notre classe, ici en l’occurrence entre travailleurs "nationaux" et sans papiers.

Pour imposer tout ceci, l’amplification du rapport de force et la question d’un plan d’action unifié est primordial. Afin de commencer à incarner une convergence réelle entre les différents secteurs, nous appelons à rejoindre massivement le rassemblement du 15 juillet à Toulouse, afin de continuer à exiger aux côtés des sans-papiers la régularisation de toutes et tous, la garantie d’un accès à un logement digne, et la fermeture des CRA.




Mots-clés

Mobilisation   /    Toulouse   /    Sans-papiers   /    Politique