^

Politique

Gilets Jaunes

Toulouse : les femmes en première ligne de l’acte 17

Au lendemain des manifestations de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, l'acte 17 de ce samedi 9 mars a vu à sa tête une première ligne de femmes en gilets jaunes, dans plusieurs villes. Les Toulousaines n'ont pas manqué à l'appel, dans une manifestation (encore une fois) nombreuse.

dimanche 10 mars

S’il fallait encore prouver à quelques éditorialistes la détermination qu’exprime le mouvement des gilets jaunes, le nombre de manifestants après 17 week-ends de lutte est là pour leur rappeler la profondeur de la colère des manifestants. Et des manifestantes ! Très nombreuses dans le mouvement depuis le départ, premières impactées par les mesures d’austérité de ces dernières années, elles sont nombreuses à avoir relevé la tête, malgré parfois des conditions difficiles, des situations de mères isolées, etc...
Au lendemain d’un 8 mars réussi, les femmes du mouvement ont proposé de se placer en première ligne de cortège. C’est donc entraîné par ces femmes en gilets jaunes que le cortège de plus de 10.000 personnes a parcouru les rues toulousaines.
Les femmes du collectif féministe lutte de classe "Pain et Roses", remarquées le 8 mars avec leur gilet violet et leur slogan contre le capitalisme et le patriarcat, étaient présentes pour animer la tête de cortège aux côtés des femmes en gilets jaunes. Parmi elles, il faut souligner la présence d’Andrea d’Atri, figure du mouvement des femmes en Argentine et fondatrice du collectif Pan y Rosas en Argentine au début des années 2000.

Toujours aussi nombreux (certains parlaient même d’un léger rebond par rapport au week-end précédent), les manifestants ont parcouru les rues toulousaines quelques heures, avant d’être réprimés (quoiqu’en dise Macron, nous parlons bien de répression) à partir de 17h30 environ.

A l’approche de la fin du "Grand Débat", le mouvement des gilets jaunes a montré encore une fois que la sortie du Grand Débat sera compliqué pour Macron, que l’enfumage et les contre-feux médiatiques n’ont pas réussi à démobiliser.

Et puisque rien n’a changé, les gilets jaunes toulousains (et les autres) se donnent RDV le week-end prochain pour poursuivre la mobilisation.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Du Pain et des Roses   /    Toulouse   /    Répression   /    Politique