×

Répression

Vague d’arrestations : Darmanin mobilise l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Ce lundi, une quinzaine de militants écologistes d'une dizaine de villes ont été perquisitionnés et placés en garde à vue. Une vaste opération de répression qui a mobilisé des unités anti terroristes et marque un saut dans l'offensive du gouvernement contre le mouvement écologiste. Des rassemblements de soutien aux interpellés sont organisés mercredi soir dans toute la France.

Seb Nanzhel

6 juin 2023

Facebook Twitter
Vague d'arrestations : Darmanin mobilise l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

[Photo : Camion de la BRI, image d’illustration. Crédits : creative commons]

Ce lundi, une quinzaine de militants écologistes ont été perquisitionnés puis placés en garde à vue dans toute la France. Une vaste opération policière qui s’est déroulée en parallèle dans plus de 9 villes dont Toulouse, Marseille, Lyon Bayonne, Montreuil ou encore Dijon. Les militants sont accusés de « destruction en bande organisée » et « association de malfaiteurs ». Des chefs d’accusation qui pourraient permettre aux forces de répression de maintenir la garde à vue pendant 96 heures. 

D’après un communiqué des Soulèvements de la terre, cette opération répressive a été organisée en réponse à une action contre le cimentier Lafarge qui s’était déroulée le 10 décembre 2022. Une action a laquelle les Soulèvements n’avaient pas appelé mais qu’ils avaient soutenu. Lors de cette dernière, plusieurs centaines de militants avaient envahi une usine et détruit du matériel pour faire face à ce géant de la pollution.

Pour réprimer les militants, le gouvernement a sorti les grands moyens. D’après Reporterre, qui se base sur les témoignages de riverains, « la BRI (Brigade de recherche et d’intervention de la police) et la SDAT (Sous-direction antiterroriste de la Direction centrale de la police judiciaire) » auraient été mobilisées. « La plupart étaient cagoulés et en treillis militaire, les armes en évidence. » témoigne ainsi un habitant de Verfeil. Dans ce petit village de Tarn et Garonne, ce sont 70 policiers qui ont bouclé les rues lundi matin et procédé à des perquisitions, avant d’embarquer trois jeunes femmes, comme le rapporte Mediapart.

Un vaste opération policière de répression qui intervient alors que les menaces de dissolution des Soulèvements de la terre se sont soldées par un camouflet pour Darmanin. Avec cette démonstration de force, il espère peut être offrir un peu d’assise à sa menace. 

Cette vague d’arrestations intervient également avant un weekend d’action contre l’extension d’une carrière de Lafarge, appelé par les Soulèvements. Une menace directe à l’encontre du weekend de mobilisation, dont Darmanin est devenu un habitué. À titre d’exemple récent, le porte-parole de l’organisation Bassines non merci ! Julien Le Guet avait ainsi été placé en garde à vue et interdit de territoire à Sainte Soline le 17 mars, soit une semaine avant la mobilisation très lourdement réprimée du 25 mars. 

Comme l’expliquent les Soulèvements de la terre, « Par cette criminalisation, c’est bien l’association de malfaiteurs qu’il constitue avec les industries mortifères que le gouvernement révèle. » Ce dernier est en effet toujours aux côtés du patronat pollueur, comme l’ont montré encore récemment la répression du blocage de l’AG de Total ou encore les requisions des raffineurs grévistes. 

Cette opération policière marque un nouveau saut dans la surenchère répressive déployée par le gouvernement à l’encontre du mouvement écologiste et des Soulèvements de la terre. Après la répression sanglante de Sainte Soline, les opérations d’espionnage de militants à grand renfort de caméras-espions et de traceurs GPS ou encore les déclarations de Darmanin sur la création d’une « cellule anti-ZAD », la mobilisation d’unités anti-terroristes et les interpellations à large échelle montrent que l’Etat se prépare à mobiliser tous ses outils les plus répressifs pour tenter de tuer dans l’oeuf la nouvelle radicalité qui s’exprime dans le mouvement écologiste. Elles montrent également qu’il faut prendre au mot les délires de Darmanin sur « l’éco-terrorisme », et se préparer à faire face à une vague de repression importante face à laquelle tout le mouvement social doit se solidariser. 

Contre la répression, et pour exiger la libération sans charge de tous les interpellés, soyons nombreux mercredi soir devant les préfectures et les sites Lafarge à l’appel des Soulèvements, et ce weekend à Saint Colomban contre l’extension d’un site Lafarge ! 


Facebook Twitter
Répression : 54 manifestants écolos violemment interpellés dans la manifestation contre Greendock

Répression : 54 manifestants écolos violemment interpellés dans la manifestation contre Greendock

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total

Interpellation massive : plus de 100 militants écolos en GAV après une action contre Total


Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Sous la transition, les mines

Sous la transition, les mines

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris