^

Notre classe

Communiqué

Victoire face aux parlementaires Les Républicains : Sud Éducation 93 pas dissout !

Pour la troisième fois la demande de dissolution du syndicat Sud Education est déboutée ! Une victoire pour notre camp et pour la défense de l'auto-organisation. Nous relayons ici leur communiqué.

vendredi 3 juin

Alors que Sud Education 93 était à nouveau menacé pour avoir organisé des ateliers de formation en non mixité raciale choisie, le tribunal de Bobigny a finalement tranché en faveur du syndicat, contre la demande de dissolution déposée par cinq parlementaires LR. Une victoire que nous saluons, arrachée dans un contexte où se multiplient les attaques réactionnaires, et qui incite à poursuivre la lutte contre le racisme d’Etat, le sexisme et les LBTQI+phobie !

Communiqué de Sud Educ 93

C’est une victoire puisque notre syndicat attaqué pour la troisième fois (après deux plaintes de Blanquer classées sans suite) est toujours debout et déterminé !

C’est surtout une victoire politique puisque c’est sur le fond que la demande de dissolution portée par les cinq parlementaires Les Républicains a été déboutée : les ateliers en non mixité organisés par Sud Éducation 93 ne sont pas discriminatoires, ni contraires aux valeurs d’égalité et de fraternité et notre syndicat est reconnu tout à fait légitime pour les organiser. La commission antiraciste de notre syndicat aura su porter jusque devant la justice la nécessité de cadres d’organisation et d’élaboration en non mixité comme moyen de lutter contre les discriminations ! Les réunions en non-mixité, les stages et la pédagogie antiracistes sont des outils au service de la construction de nos luttes : la droite et l’extrême droite l’avaient bien compris ! Cette décision devrait désormais faire date et permettre, nous l’espérons, de renforcer nos luttes et notre camp face aux attaques.

Le quinquennat Macron / Blanquer aura été marqué par les offensives contre le monde du travail, à la fois économiques et idéologiques. Les sorties réactionnaires sexistes, racistes, lgbtiphobes contre nos élèves, leurs parents (en particulier les mamans d’élèves) et nos camarades ont rythmé notre quotidien, faisant le lit de l’extrême droite, permettant l’émergence d’Eric Zemmour, la présence de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle et une extrême-droite toujours plus décomplexée dans la rue et les médias. Plus que jamais, il nous faut lutter contre l’extrême-droite et ses idées.

Les menaces de dissolution de notre syndicat se sont inscrites dans ce contexte, cinq années rythmées par les attaques réactionnaires et liberticides. Ce sont les plus précaires en première ligne : les personnes subissant des discriminations et les plus pauvres, qui ont été les premières victimes des attaques et des réformes. L’arrivée de Pap Ndiaye, censée rompre cette dynamique, ne nous berce pourtant pas d’illusions !

Nous réaffirmons notre solidarité avec tous les collègues et camarades réprimé·es, tous les collectifs attaqués ou menacés de dissolution et nous savons l’urgence de s’atteler à construire un bloc de résistance anticapitaliste et antiraciste, faisant toute leur place à la parole et à l’auto-organisation des personnes concernées, pour faire face aux prochaines attaques.

A Sud Éducation 93 nous sommes aujourd’hui fièr·es d’être toujours debout, d’infliger une défaite aux RéacPublicains mais surtout d’affirmer une victoire pour un syndicalisme qui se saisisse de l’antiracisme et qui se donne les moyens à nos collègues et camarades de s’organiser pour transformer l’école et la société.



Mots-clés

Dissolution   /    Anti-racisme   /    Education nationale    /    SUD-Education   /    Education   /    Notre classe