^

Jeunesse

Bataille des partiels

Victoire historique à La Sorbonne ! Aucune note de partiels en dessous du 10/20

A La Sorbonne, la revendication du 10 améliorable pour tous les étudiants a été validée par la CFVU de Paris 1, et la présidence a été mise en minorité sur le vote. C'est une victoire importante pour les étudiants, dont nous avons besoin pour relever la tête ! Nous relayons ci-dessous le communiqué du collectif étudiant Le Poing Levé, animé par des militants de Révolution permanente.

mardi 5 mai

Pour la première fois depuis longtemps, la direction de l’université a été mise en minorité par la majorité des élu-e-s étudiant-e-s et du personnel. Depuis le 16 avril, nous avons défendu l’idée que les examens du second semestre allaient renforcer les inégalités sociales qui structurent notre université, et que mettre en place des partiels sans aménagement allait tout simplement accroître la sélection à l’université. Depuis le début du confinement, nous avons défendu l’idée d’un 10 améliorable afin qu’aucun-e étudiant-e ne soit pénalisé-e du fait du confinement et de la situation exceptionnelle à laquelle nous faisons face en pleine pandémie du Covid-19.

Dans le texte, la motion de cadrage que nous avons votée et qui a été majoritaire avec 19 pour, 15 contre et 4 abstentions, prévoit que tous les partiels en dessous de 10/20 ne seront pas comptabilisés dans le calcul de la moyenne, et les enseignements en question seront dispensés. De cette façon, nous avons réussi à contourner toutes les barrières légales mises en place par le ministère de l’Enseignement supérieur, qui voulait empêcher à tout prix une validation pour tous et toutes. Aucun partiel synchrone en ligne ne sera mis en place, et les seules formes de contrôle de connaissances acceptées seront les DM en ligne, voire des QCM ou des Quizz.

Face à cela, la direction de l’Ecole de droit de la Sorbonne a d’ores et déjà annoncé sa volonté de ne pas vouloir appliquer cette décision. Nous nous battrons pour que ce vote soit mis en place dans tous les UFR, et ce quelle que soient les désaccords de certains professeurs pour lesquels la sélection sociale est un leitmotiv de longue date. Ces annonces mettent à nue la réalité de la « démocratie universitaire » : quand les habituels dirigeants de l’université sont mis en minorité, ils n’hésitent pas à passer outre les propres lois qu’ils se sont fixés.

Cette victoire est historique. Elle est bien faible au regard des inégalités croissantes auxquelles nous faisons face à l’université après la mise en place de la sélection en licence et en master 1. Mais c’est un premier pas contre ces inégalités structurelles qui ne font que se renforcer. Cette victoire s’inscrit dans la suite des nombreuses luttes que Le Poing Levé a mené aux côtés de tou-te-s les étudiant-e-s mobilisé-e-s ces dernières années contre les réformes de l’Enseignement supérieur. Contre Parcoursup’, contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, contre la sélection en Master 1.

Cette victoire en appelle d’autre, et nous espérons que le combat que nous avons mené à Paris 1, pour plus d’égalité et contre la sélection sociale à l’université sera repris dans d’autres universités, et que la décision que nous avons imposée par un rapport de force jamais vu à Paris 1 pourra être un point d’appui pour d’autres étudiants qui mènent le même combat partout en France.




Mots-clés

Le Poing Levé   /    Jeunesse   /    Partiels   /    Sélection à l’université   /    Jeunesse