^

Politique

Manifestation du 10 décembre

Vidéo. Tabassé par des policiers, un passant perd 9 dents et a la mâchoire fracturée

Dans un témoignage publié sur Konbini, Arthur raconte comment il a perdu 9 dents et a eu la mâchoire fracturée par les policiers et ce alors qu'il ne faisait que passer pour observer la manifestation à Lyon le 10 décembre.

vendredi 13 décembre 2019

 Crédit photo : Bastien Doudaine

Dans un témoignage publié sur Konbini, Arthur raconte comment il a perdu 9 dents et a eu la mâchoire fracturée par les policiers et ce alors qu’il ne faisait que passer pour observer la manifestation le 10 décembre : « J’étais à Lyon parce que j’ai rendu visite à mes amis et à ma famille. Je descendais juste pour manger quelque chose en bas de la rue. C’est là que j’ai vu qu’il y avait la manifestation. Et je me suis dit que j’avais le temps. Je pouvais aller voir ce qui se passe dans mon pays. On voyait des gens qui étaient contents d’être ensemble, qui manifestaient ensemble, et qui chantaient et dansaient. Il y a eu quand même énormément de jets de lacrymogènes sur la Place Bellecour. »

« Je marche tranquillement devant le cordon de CRS » à un moment calme de la manifestation. Il explique qu’il passe devant les CRS, pensant : « je n’ai pas à avoir peur d’eux si je n’ai rien fait ». « J’ai été attrapé par la capuche, jeté au milieu du cordon de CRS. À ce moment-là, toute la brigade de CRS se met devant pour ne pas qu’il y ait de vidéos ni qu’il y ait de preuves. Et là, j’ai été roué de coups et on m’a tenu la tête vers le sol pendant qu’on me frappait. C’est aussi à ce moment là qu’un autre policier m’a donné un coup de matraque, comme un coup droit de tennis, en plein dans les dents. J’ai senti dans ma bouche que ça a explosé, littéralement. »

Il continue de raconter la scène : « On voit même sur la vidéo que celui qui filmait reçoit un éclat de la grenade GLI-F4 » ; « Un policier à ce moment-là quand j’étais au sol, m’a dit : "bien fait dans ta gueule" ». Le bilan ? « 9 dents cassées et une mâchoire fracturée » et la vie « changée », raconte-t-il, déterminé obtenir justice et vérité.

Ce témoignage est particulièrement frappant car il émane d’un jeune homme qui a rejoint la manifestation par curiosité et a subi toute la brutalité des violences policières. Il ne s’agit cependant pas d’une bavure mais bien de la réalité des pratiques des forces de répression. De trop nombreux exemples nous le rappellent : les nombreuses victimes issues des quartiers populaires comme Adama Traoré, mais aussi les nombreux Gilets jaunes mutilés et éborgnés, sans oublier Zineb Redouane qui fermait ses volets pour éviter les gaz lacrymogènes ou Steve, tombé dans la Loire pour avoir osé danser sur les quais le soir de la fête de la musique.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Police   /    Réforme des retraites   /    Témoignage   /    Lyon   /    Violences policières   /    Politique