^

Politique

Édito

4 janvier : à deux jours de la rentrée, maintenir la pression pour préparer un rebond du mouvement !

C’est la rentrée, et contre toute attente, les grévistes sont encore là, sur les piquets et dans la rue. Pour que le mouvement puisse gagner, dès le 4 janvier, il s’agit de maintenir la pression et d’œuvrer à la construction et la généralisation de la grève.

vendredi 3 janvier

Alors que les vacances d’hiver touchent à leur fin, le constat est clair : il n’y aura pas eu de trêve pour les grévistes mobilisés contre la réforme des retraites. À la SNCF et la RATP, les grévistes ont continué de voter la reconductible et de perturber fortement la circulation des transports atteignant un record absolu de 29 jours de mobilisation. Et malgré les appels lointains de l’intersyndicale au 9 janvier, les grévistes n’ont pas cessé d’être actifs pour rendre visible leur mouvement, comme l’action devant le siège de LREM ce jeudi à Paris.

Une mobilisation toujours aussi populaire

Le soutien à la mobilisation, lui, est toujours aussi fort : 61% des personnes interrogées le trouvent « justifié » selon un sondage Franceinfo et Le Figaro paru ce vendredi. 75% demandent même au gouvernement de renoncer ou de modifier son projet. Malgré les désagréments subis par les usagers, largement mis en scène par les grands médias durant cette période de vacances, le gouvernement n’a pas réussi à faire pencher la balance. Il s’agit maintenant de lui imposer de reculer, dans la rue et par la grève. Cela passe d’abord par le fait de renforcer le soutien aux grévistes, en alimentant les nombreuses caisses de grève que ceux-ci ont lancé.

Des perspectives de généralisation de la grève

Si la date du 9 janvier pouvait apparaître quand elle a été lancée comme une hypothétique fin de bataille, tant la distance paraissait loin, elle prend désormais une autre allure alors que les vacances touchent à leur fin. Elle pourrait apparaître comme un nouveau point d’appui pour généraliser la mobilisation alors que des secteurs nouveaux montrent des signes de mouvement. Du côté de l’Éducation nationale, qui avait été très mobilisée durant tout le mois de décembre, la rentrée commence ce lundi avec une possible reprise de la mobilisation. Chez Air France ou dans les raffineries, de nouveaux appels à la grève et au blocage ont été lancés pour la semaine prochaine, et il ne faut pas exclure de nouveaux foyers tant la colère accumulée est grande.

Le 4 janvier et après, maintenir la pression par les manifestations et les actions

Alors que les directions syndicales n’ont rien fait pour animer et étendre le mouvement durant ces vacances, des grévistes se sont organisés pour maintenir la pression sur le gouvernement et faire vivre le mouvement. À Paris, la coordination RATP-SNCF, dans laquelle s’organisent de nombreux grévistes à la base, a organisé de nombreuses actions réussies malgré la répression et appelle à continuer les manifestations et les actions pour rythmer la grève en cette période de rentrée.

Ce samedi 4 janvier, une nouvelle journée de mobilisation est appelée à Paris et dans plusieurs villes de province. Ce sera l’occasion de maintenir la pression sur le gouvernement sans attendre la prochaine grande journée de mobilisation nationale du 9 janvier. C’est aussi l’occasion de rencontres et de convergences, comme la délégation qui sera organisée par des Gilets Jaunes à la raffinerie de Grands Puits.

Alors que la grève bat chaque jour des records, montrant la détermination des grévistes à la RATP et à la SNCF, il est temps de donner un rebond au mouvement à l’approche de cette rentrée pour que tous les efforts consentis permettent de faire reculer le gouvernement.

Crédits photo : Ô Phil Des Contrastes




Mots-clés

Caisse de grève   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    Edito   /    Politique