^

Notre classe

Témoignage

« A 50 ans t’es démoli dans l’automobile » Vincent, ouvrier de PSA en pré-retraite

A l'occasion de la réforme des retraites, Vincent Duse, 58 ans, ancien ouvrier de PSA Mulhouse témoigne de la réalité du travail à la chaîne et l'impossibilité d'y survivre en bonne santé.

jeudi 12 janvier

Crédits photo : Louizart

L’attaque des retraites, c’est pas juste un crachat à la gueule, c’est une attaque frontale. Les mecs ils veulent nous faire la peau. C’est ça la réalité, la retraite des morts. Moi j’étais devant mon poste de télé, t’as les copains qui t’appellent et te disent : ils vont vouloir nous faire bosser jusqu’à la mort. C’est ça le calcul. Tout ce qu’ils veulent, c’est nous faire bosser (et cotiser) plus longtemps et qu’on soit moins longtemps à la retraite. Payer moins les gens, et même si c’est possible, ne pas avoir à les payer du tout. Ils spéculent sur notre mort !

Moi j’ai 58 ans, je suis parti à 57 dans le cadre d’un plan. Je suis même pas à la retraite encore, je suis en « congé senior ». Ça veut dire que moi et d’autres, et encore on n’a que 57-58 ans, on te retire de la chaîne parce que t’es démoli de partout déjà. Donc ils peuvent plus t’exploiter. Ils te disent : « voilà il y a des plans qui existent » et on te jette. Voilà la réalité aujourd’hui.

A la fin des années 80, début 90, quand j’ai commencé chez PSA, les gars partaient à 55, 56 ans et certains à taux plein. Il y avait déjà des plans de départ volontaire, des pré-retraites comme aujourd’hui mais au moins, à partir de 45 ans, tu faisais plus de chaînes, on te trouvait un autre poste dans l’usine, en logistique par exemple. Et tu conservais la prime de chaîne ! Tout ça c’est fini !

Aujourd’hui, ils disent ce qu’ils disent partout, que c’est des poses que tout le monde peut tenir, que le travail est moins dur que par le passé. Mais c’est pas vrai ! Les mecs arrivent pas à tenir ! Et si l’aspect physique du travail a pu être légèrement diminué, les cadences ont tellement augmenté que la charge au poste par endroit a été multipliée par deux ou trois. La charge cognitive, le stress sont tellement élevés, ça crée une tension incroyable ! Depuis ces augmentations de cadence, les cas de bagarre ont explosé par exemple parce que les ouvriers sont tout le temps sous pression (ce qui est un motif immédiat de licenciement pour les patrons). Alors quand je vois des députés qui bossent pas parler d’exo-squelette ou de protections pour les genoux pour les carreleurs…

On est des dizaines, des centaines de travailleurs, qui arrivent pas à 50 ans. Parce qu’à 50 ans t’es démoli dans l’automobile. Travailler à la chaîne, ça veut dire travailler avec un temps de passage de la voiture de moins d’une minute. Ça veut dire que tu commences à 5 heures, 5 heures et quart le matin, tu travailles jusqu’à 7h20 pour la première pause, c’est en non-stop. T’arrives pas à souffler entre deux véhicules, tellement les cadences ont été élevées. Les gars ils te disent : « on est démoli ». Les gars ils ont qu’une envie c’est de se barrer ! Se barrer, mais pas à 64 ans ! Parce qu’on va partir entre quatre planches. Derrière cette réforme c’est ça qui est posé !

A lire : Décryptage de la réforme des retraites : tout comprendre au projet annoncé par le gouvernement

On travaille en 2x8. Tu fais 350 bagnoles par équipe avec un temps de passage à moins d’une minute pour faire un certain nombre d’opérations. T’as juste le temps de faire tes opérations, tu passes à la voiture suivante, tu t’arrêtes pas entre deux voitures. T’es debout pendant plus de 7 heures non-stop quasiment. Parce que t’as deux fois 10 minutes et une fois 20 minutes pour la pause repas. Et tout le reste est du travail effectif. Et on dit vouloir faire travailler les salariés jusqu’à 64 ans, alors que t’arrives déjà pas à 56/57 ans sans être démoli de partout.

C’est pour ça que je dis que c’est une tentative d’assassinat contre l’ensemble de la classe ouvrière, c’est vrai dans l’automobile, mais c’est vrai aussi chez Geodis ou ailleurs. Ils veulent notre peau. Leur calcul c’est qu’on n’arrive pas à 64 ans et 67 encore moins. Bien sûr j’ai vu des camarades qui arrivent à tenir mais la plupart n’y arrive pas !

La boîte fait un magazine d’entreprise pour baratiner sur tout ce qui est super chez nous. Avant il y avait les pages décès. Ils ont arrêté de les publier, tu trouvais des gars, même pas forcément des retraités, des 47, des 49 ans. Y a eu des fois ça prenait des pages entières, on se disait : « mais ils nous tuent ». Et puis tu vois un nombre de gens qui ont tout juste quelques années pour profiter de leur retraite, qui meurent trois ou quatre ans après.

On a trois fois plus de raison qu’avant de partir plus tôt

Et l’hypocrisie de la prévention… Parce qu’il faut savoir sur les différents points annoncés par Elisabeth Borne et les différents ministres, quand ils parlent de la pénibilité, ils te prennent tel ou tel point très précis. Ils te parlent de partir à 61 ans, mais il faut être inapte. Dans la réalité, si t’as pas un bras en moins tu pars pas !

A lire : Pénibilité : comprendre l’arnaque de Macron pour faire avaler sa réforme des retraites

Ce qui est crapuleux dans cette réforme, c’est qu’ils annoncent que pour financer le prétendu déficit des retraites, ils vont taper dans la caisse des accidents du travail et des maladies professionnelles (ATMP). En faisant ça, on comble le trou au patronat ! C’est grave ! Parce que déjà les accidents du travail, une boîte comme PSA les conteste systématiquement ! Souvent ils cherchent à montrer que c’est ta faute, ça peut aller jusqu’à des sanctions. Si le patron a trop d’accidents du travail, il paye des pénalités, alors ils font comme si ça existait pas. J’ai vu des ouvriers, en accident du travail, être envoyé chez eux faire du télé-travail ! Et c’est une pression permanente sur les arrêtés quand ils sont chez eux, on leur demande de revenir au travail, même pour être juste assis sur une chaise. Et puis on te dit : « ah peut-être que tu peux faire ça quand même, ou telle tâche ». Et là si tu te blesses à nouveau, la Sécu peut ne plus prendre en compte puisque tu ne t’es pas arrêté malgré un arrêt de travail. Ça c’est pour les CDI, pour les intérimaires, évidemment c’est fin de mission et ciao. PSA minimise tellement les accidents de travail que c’est tout juste s’ils reçoivent pas les félicitations de la Sécu. Le profit des patrons il se fait contre notre santé et nos corps pendant toute la carrière, pour nous laisser démolis à la retraite.

Les conditions de travail, de santé, de sécurité, ça n’a pas arrête de se dégrader. On aurait besoin de partir à 55 ans, à taux plein ! C’est une évidence pour les collègues ! Les rallongements d’horaires, le travail le samedi instauré depuis « l’accord de compétitivité », les accélérations de cadence : tout ça, ça tue ! On a trois fois plus de raisons qu’avant de partir plus tôt !

C’est pour ça que c’est important justement la question de la mobilisation ! Bien sûr y a un appel de l’ensemble des directions syndicales sur une journée carrée pour l’instant. On le sait bien, dans toutes les structures, que ce soit dans l’automobile, dans la sous-traitance automobile et dans les différents secteurs, il faudra un plan de bataille beaucoup plus élevé pour se bagarrer jusqu’au bout et les faire reculer là-dessus.

Avec la réforme, je vais devoir partir plus tard que prévu. Le plan prévu c’est que je puisse partir à 60 ans parce que je suis carrière longue, j’ai commencé à 17 ans. On va me rallonger presque 1 an, d’autres peut-être encore plus. Et la question c’est est-ce que le taulier va payer durant ce temps ? Bon on me dira, Stellantis, ils ont fait 13 milliards, cette année ils vont encore tout exploser, encore une fois. On sait très bien que eux le font le pognon de dingue, et nous on doit payer pour les retraites. Du blé, il y en a ! Et chez les collègues, il y a de la colère. Moi les collègues me disent : « putain ils vont vouloir nous tirer jusqu’au bout ». Je partage complètement ce qu’on dit les camarades de Geodis : quand tu regardes la télé, ça a l’air de rien. Les mêmes qui font les réformes aujourd’hui, les mêmes qui ont jamais taffé de leur vie, tu vois les mecs du Sénat etc. Eux ils taffent pas, ils font rien tourner dans cette société. C’est que des parasites. C’est tous ces parasites qu’il faut supprimer avec le patronat et la bourgeoisie dans son ensemble !

Vous aussi, témoignez sur Révolution Permanente contre la réforme des retraites. Envoyez nous vos textes à siterevolutionpermanente[at]gmail.com et nous les publierons !



Mots-clés

Réforme des retraites   /    Témoignage   /    Retraités   /    Notre classe