×

Licenciements

Air Liquide-Santé prévoit plus de 1000 licenciements : « l’impact va être énorme pour les patients »

Ce lundi, les salariés de la santé à domicile du groupe Air Liquide se sont mis en grève dans toute la France pour contester un plan de licenciements qui prévoit 1038 suppressions de postes, soit 47% des postes.

Maïa Maros

3 octobre 2023

Facebook Twitter
 Air Liquide-Santé prévoit plus de 1000 licenciements : « l'impact va être énorme pour les patients »

Crédits photos : CGT Air Liquide 13

« Il y a des gens qui vont rester sur le carreau » : saccage social chez Air Liquide

Chez les salariés des filiales de santé à domicile du groupe Air Liquide la colère gronde. Et pour cause, la direction a annoncé supprimer 1038 emplois dès janvier 2024 dans les filiales du soin à domicile. La semaine dernières les directions des filiales Orkyn, LVL et Vitalaire ont révélées leur intention d’un plan de licenciement massif représentant une diminution de 47% de leurs effectifs. Si l’annonce d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) en juin dernier avait déjà alerté les employés, l’attaque entreprise aujourd’hui est des plus brutales. Face à cela, les syndicats de l’entreprise ont appelé ce lundi 2 octobre à des rassemblements sur tous les sites des filiales.

Des Bouches-du-Rhône à la Picardie, c’est une véritable vague de colère qui s’est exprimée aujourd’hui avec des rassemblements dans toute la France. À Anton (Meurthe-et-Moselle), à Saintes (Charente-Maritime), à Salouël et à Chambly (Somme), à Marseille ou encore à Tours, où une cinquantaine de personnes étaient réunies, les salariés se sont mis en grève pour affirmer leur indignation face à ces suppressions d’emplois. Près de 300 salariés étaient en grève à l’échelle du groupe. À Marseille, plus de 25 salariés ont organisé un piquet de grève près de l’agence Orkin. Pascal Fontaine, délégué syndical CGT du site se félicite de la mobilisation : « D’autres secteurs locaux de la santé nous ont rejoint en solidarité ! » et décrit les passants exprimant une forte sympathie au combat des grévistes.

Lors de cette grève, le syndicaliste entend faire passer un message à la direction : « Mettez la main au porte-monnaie ! ». En effet les grévistes sont scandalisés par une direction qui refuse de leur donner des garanties et joue la carte du mépris. P. Fontaine dénonce ses patrons : « La direction ne communique pas du tout, elle a essayé de mener ces attaques cet été pour que personne ne remarque ce qu’il se passait ». Des méthodes que l’entreprise espère suffisante pour contenir la mobilisation des travailleurs mais les grévistes n’entendent pas se laisser mépriser ainsi par leur direction.

L’objectif manifeste du géant Air Liquide : réaliser le plus de profits, quoi qu’il en coûte

A travers cette attaque les salariés s’inquiètent aussi pour le futur des patients que le groupe prend aujourd’hui en charge. Pascal Fontaine affirme : « L’impact va être énorme sur les patients, il faut que la direction ait conscience qu’elle sera responsable du désarroi total de certaines personnes ». En effet avec la suppression de près de la moitié des emplois, les patients vont eux aussi subir de plein fouet la décision de la direction d’Air Liquide. Ce projet cherchant à minimiser les coûts pour l’entreprise et donc augmenter ses profits aura un impact direct sur la santé de plusieurs milliers de personnes comme Pascal, un patient venu soutenir les grévistes qui témoigne au micro de France Bleu : « Je suis inquiet aussi car pour mon appareil pour l’apnée du sommeil, je ne sais pas où je vais aller, ni le suivi que l’on aura. Même chose pour mon fauteuil roulant ».

Ainsi si la direction laisse des patients sans solution, se pose aussi la question des conditions de prise en charge des patients prolongeant leurs soins avec les filiales du géant Air Liquide. Les grévistes voient dans cette situation la promesse de soins et de conditions de travail encore plus dégradées qu’aujourd’hui. Le délégué syndical dénonce à notre micro : « Ils cherchent à faire des bénéfices sur le dos des gens qui vont partir mais il faut aussi réfléchir à ceux qui vont rester, ils vont travailler dans des conditions largement dégradées ». En effet le but de la direction semble clair : faire des profits coûte que coûte, d’autant que ces coupes budgétaires ne sont pas nouvelles. L’entreprise impose déjà à ses employés des conditions préoccupantes. P. Fontaine nous confie : « Je parlais avec un salarié qui avec vingt ans ancienneté, gagnait 1750 euros brut, ce n’est jamais justifié de payer des salaires aussi bas ! ».

Licenciements massifs : imposons une réponse d’ensemble !

En cette rentrée, ce plan de licenciement est loin d’être une attaque isolée, que ce soit à Epic Games, maison mère du jeu Fortnite, qui annonçait la semaine dernière licencier plus d’un millier de salariés ou encore le géant de l’agro-alimentaire Nestlé annonçant début septembre la suppression de 171 emplois, ces plans de licenciement massifs se multiplient. Alors que l’inflation généralisée se poursuit, ces attaques sont d’autant plus scandaleuses qu’elles menacent de jeter dans la pauvreté des milliers de familles. Le syndicaliste de la santé à domicile déclare : « Il y a des gens qui vont rester sur le carreau », dans le cas d’Air Liquide c’est en effet plus d’un millier de salariés et leur famille qui risquent de se retrouver sans source de revenus.


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

Fin de la vidéosurveillance des travailleurs : une première victoire pour les employés des librairies Boulinier

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d'ensemble !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d’ensemble !

Réponse d'une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

Réponse d’une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »