^

Politique

Témoignage

Assommé par un canon à eau et évacué par des GJ : “En voyant la vidéo, les larmes sont montées”

Lors de l’acte IX, nous avions relayé la vidéo d’une scène impressionnante où un manifestant tombait inconscient, pulvérisé par un canon à eau place de l’Etoile, puis sauvé par d’autres Gilets Jaunes pulvérisés à leur tour. Nous avons retrouvé la victime, voici son témoignage.

lundi 21 janvier

Photo : Gianni Giardinelli

Les faits remontent à l’acte 9, samedi 12 janvier. Chris, 38 ans et père de 6 enfants, avait fait la route d’Amiens à Paris pour le 7e samedi. Intérimaire à la recherche d’un emploi depuis 5 mois, il ne manque pas de raisons pour se mobiliser avec son gilet jaune. “C’est aussi pour ma mère bientôt en retraite, mes 6 enfants et surtout voir partir Macron, je ne peux plus le supporter, lui et sa clique !” Mais ce jour-là n’a pas fini comme il s’y attendait. Matraqué, puis tombé inconscient après avoir été pulvérisé par un canon à eau, c’est avec beaucoup d’émotion qu’il a vu les vidéos sur lesquelles on voit d’autres gilets jaunes se mettre en danger pour le secourir. Voici son témoignage.

“J’ai fait tout le cortège depuis Bercy, en passant par Bastille… puis on a passé toute l’après-midi bloqués sur la place de l’Etoile sans moyen de sortir. Alors on a chanté, et je suis parti devant les CRS, mécontent mais pacifiste. Je me suis assis 15 minutes devant eux avec mon petit frère, celui qu’on voit avec le bonnet jaune sur les photos. Puis un des CRS m’a matraqué, mis des coup de pieds, comme on peut le voir sur la vidéo… autant dire que j’ai fini la journée avec des gros hématomes.

Après ça, très énervé, je suis resté encore devant eux. Je précise que je n’ai jamais jeté une pierre sur la police ! Et puis ils ont fait usage des canons à eau, et là encore la scène a été filmée, la vidéo parle d’elle-même. Sous le choc du canon à eau, je suis tombé KO, ma tête a tapé le sol, d’où la grosse bosse sur mon visage le soir-même.

J’ai donc perdu connaissance, puis je me suis réveillé dans un escalier du métro avec un mec super sympa, un street-médic qui m’a donné une couverture de survie. J’étais mort de froid et des gilets jaunes m’ont aidé à repartir pour retrouver mon petit frère. Pour sortir de la place, j’ai dû montrer aux policiers que j’étais mort de froid et ils m’ont forcé à retirer mon gilet jaune. Le plus dur, c’était de sortir de là tout mouillé, aller jusqu’à la gare du Nord direction Amiens, l’enfer !”

“Quand j’ai revu la vidéo, j’ai les larmes qui sont montées”

“Quand j’ai revu la vidéo, j’ai les larmes qui sont montées. Ils auraient pu me tuer avec les 5 grenades jetées alors même que j’étais inconscient… j’ai été très ému de voir les GJ qui m’ont aidé alors que je n’avais aucun souvenir d’eux... force à eux ! Par contre je suis très en colère qu’ils nous aient jeté 5 grenades, alors même que je suis encore à terre, c’est honteux ! C’est pour ça que j’ai porté plainte le lundi matin, je suis parti au poste de police d’Amiens et leur ai montré la vidéo… surtout par colère en fait, car si je suis gilet jaune c’est que je suis papa de 6 enfants… et les policiers m’ont tapé gratuitement, presque à vouloir me tuer… aujourd’hui je ne les vois plus de la même façon !

Alors je serai encore là samedi prochain, on ne lâche pas ! Il y a tellement de monde qui suit les GJ sans pouvoir se déplacer et qui compte sur nous… il y a même d’autres pays qui nous suivent, alors on ne peut que continuer !”

La scène du coup de pied du CRS :

Pour nous transmettre vos témoignages concernant la répression des Gilets Jaunes, ou pour nous faire part des mobilisations ayant lieu dans votre région, nous transmettre récits, photos et vidéos, écrivez-nous par mail à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Témoignage   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique