^

Notre classe

Un combat exemplaire à l’hôpital Pellegrin

Bordeaux : malgré les températures hivernales, les assistantes de régulation médicale du Samu toujours sur le pied de guerre !

A l’hôpital Pellegrin de Bordeaux, le mouvement de grève lancé déjà il y a 10 jours continue, toujours aussi déterminé. Les pressions et les intimidations de la direction pour faire déloger le rond-point et casser le mouvement de grève ne se sont pas faites attendre, les employés sont prêts à une lutte longue et ardue.

vendredi 20 janvier 2017

Après la première négociation désastreuse où la direction a baissé le rideau, les ARM ont entamé une grève qui va rentrer dans sa troisième semaine de conflit. Les ARM appuyés par le syndicat Sud Santé ont reçu une très bonne nouvelle car les camarades de la CGT Pellegrin ont rejoint le combat en apportant un renouvellement dans la cohésion et le moral des grévistes. Les grévistes ont aussi reçu le soutien inconditionnel du collectif de luttes et la visite du candidat aux présidentielles pour le Nouveau parti anticapitaliste, Philipe Poutou le 13 Janvier.

Lundi 16, à 14h, une quinzaine d’ARM et d’autres militants Sud et CGT ont envahi le Comité technique d’établissement pour contraindre la direction à reprendre le dialogue en chantant des slogans pour se donner du courage, les camarades ont pu exprimer leurs demandes et la Directrice Générale a proposé un rendez vous aux grévistes le 23 janvier, l’intersyndicale Sud-CGT sera présent, les revendications restent les mêmes : 8 postes de nuit à plein temps, une équipe de jour et une de nuit fixes, maintien des amplitudes horaires actuelles et plus de moyens pour la formation continue et initiale.

Le lendemain le directeur de l’hôpital Pellegrin a fait une apparition sur France 3 aquitaine où il affirme n’avoir jamais rompu le dialogue. En argumentant qu’une proposition de trois postes supplémentaires a été faite au personnel du centre 15. Monsieur le directeur n’a toujours pas compris que pour que le service d’ARM puisse fonctionner correctement, sans mettre en péril l’intégrité psychologique du personnel et l’intégrité physique des usagers le nombre de postes à créer est au minimum de 8 embauches pour le service de nuit.

Selon le syndicat Sud Santé, la seule proposition faite par la direction date du 15 septembre 2016 dans le cadre d’une réunion de service. Elle contenait un changement d’amplitudes horaires journalières, qui était présenté (toujours aussi démocratiquement !) comme non négociable par la direction. Pour le bon fonctionnement du service, deux postes supplémentaires ont été crées dont un non pérenne pendant 1 an pour éponger les heures supplémentaires. Cela est loin des exigences des agents pour remplir leurs missions au regard des réalités du terrain.
Malgré les pressions et les menaces de poursuites judiciaires de la direction envers le syndicat Sud, suite à une distribution de tracts, le passage d’un huissier de justice pour constater l’occupation du rond-point de l’hôpital et des assignations pas tout à fait dans le cadre de la légalité pour les employés et les grévistes. Le personnel en grève s’est réuni aujourd’hui à 12h pour faire un barbecue de soutien, dans une ambiance conviviale et de solidarité, malgré le froid, de nombreuses personnes ont porté leur soutien aux grévistes, trois discours se sont succédés pour appuyer une lutte qui promet par la combativité et la détermination des grévistes, car nos camarades sont bien conscients de mener un combat exemplaire avec une direction qui ne cherche qu’a pourrir le dialogue pour jouer la montre et essayer de briser le moral des employés.

Venez donc les soutenir à l’hôpital Pellegrin, ils se réunissent tous les jours au rond point de l’hôpital de 7h a 11h du matin. Vous pouvez aussi les soutenir en signant la pétition et en contribuant pour leur mouvement.

https://www.change.org/p/direction-g%C3%A9n%C3%A9rale-du-chu-bordeaux-vous-qui-appelez-le-15-pour-une-urgence-votre-vie-ne-tient-qu-%C3%A0-un-fil-la-n%C3%B4tre-aussi




Mots-clés

Santé   /    secteur santé   /    Grève   /    Bordeaux   /    CGT   /    Notre classe