^

Notre classe

Facebook

Censure ? Les pages de SUD Rail et de la CGT cheminots partiellement bloquées par Facebook

Depuis jeudi dernier, alors que commençait un mouvement inédit de « retrait » des cheminots suite à un accident survenu dans les Ardennes, plusieurs pages Facebook de syndicats de cheminots ont vu leur portée limitée par Facebook. Une nouvelle censure ?

mercredi 23 octobre

SUD Rail, SUD Rail centraux, SUD Rail Paris Nord, CGT produit train et PSE, quatre pages de syndicats de cheminots ont rapporté des limitations diverses de leurs pages Facebook depuis jeudi dernier, qui coïncident avec le début d’un mouvement massif d’usage du « droit de retrait » de la part des cheminots.
Ces limitations ont conduit la plupart du temps à empêcher que les publications de ces pages soient partagées sur les fils d’actualité, mais certaines pages ont également été totalement bloquées comme celle de SUD Rail Paris Nord. Des mesures sensées être liées à une infraction vis-à-vis des standards de Facebook mais que l’entreprise n’a pas su justifier.

Finalement, après que les restrictions aient d’abord été prolongées, Facebook est revenu sur sa décision comme l’explique BFM TV : « Facebook reconnaît que l’activité des pages liées à SUD Rail et à la CGT a été considérée "de façon inexacte" comme contraire à son règlement. Le réseau social affirme avoir levé les restrictions, ce que confirme la CGT. En revanche, la page SUD Rail Solidaires fait toujours l’objet de restrictions. »

Quelque soit le dénouement de cette affaire, ce n’est pas la première fois que des pages Facebook liées à des mobilisations en cours fassent l’objet de restrictions. Pendant l’été des pages telles que Nantes Révoltée ou Cerveaux Non Disponibles ont ainsi vu l’audience de leur page chuter dans le contexte du G7 que toutes deux couvraient. De nombreuses autres pages militantes ont subi des formes de censure sous prétexte qu’elles auraient partagé des contenus « contrevenant aux standards de la communauté ».

Si Facebook maintient une très grande opacité qui lui laisse une marge de manœuvre pour limiter la portée de contenus polémiques, il y a fort à parier que ces phénomènes sont loin d’être dus au hasard. La semaine dernière la mobilisation des cheminots a mis le gouvernement à la défensive, au point de susciter un appel à des sanctions judiciaires de la part d’Edouard Philippe, et cette fébrilité du gouvernement face à une mobilisation « sauvage » pourrait bien expliquer en partie la réponse de Facebook… sans que l’on puisse pour l’instant éclairer la nature de cette relation de cause à effet.




Mots-clés

Facebook   /    Solidaires   /    Solidaires   /    SUD-Rail   /    CGT   /    SNCF   /    Notre classe