^

Notre classe

Quand la peur change de camp

Depuis le 26 décembre, l’entrepôt de GEODIS à Gennevilliers est massivement en grève !

Filiale privatisée de la SNCF pour remplacer le transport de marchandises ferroviaire (FRET) par le transport routier, GEODIS est une des entreprises stratégiques d’Ile-de-France. La plateforme de Gennevilliers est la plus grosse en France et ils sont en grève depuis le 26 décembre.

mercredi 2 janvier

Entrepôt connu pour ses conditions de travail déplorables mais aussi pour ses méthodes féroces de répression syndicale, les travailleurs de GEODIS sont des habitués des luttes et des grèves, comme en témoigne l’action de blocage du printemps dernier.

Cette fois, c’est en plein mouvement des Gilets Jaunes que se déclenche une grève massive : plus de 90% de grévistes et parmi eux, des chefs d’équipe. L’entrepôt et ainsi totalement paralysé et les dizaines de milliers de colis qui circulent chaque jour restent à l’intérieur.

Leurs revendications impliquent l’obtention d’une prime de fin d’année de 1000 euros, une augmentation générale de salaire de 200 euros brut et de 100 euros supplémentaires pour ceux qui n’ont jamais été augmentés, la revalorisation de la prime transport à 50 euros net ainsi que l’embauche de 30 intérimaires.

Pour les soutenir, une caisse de grève en ligne a été lancée : https://www.lepotcommun.fr/pot/x6tt2a10.

A l’heure où l’offensive des Gilets Jaunes a affaibli le gouvernement Macron et déstabilisé les classes dominantes, l’ambiance est à la contagion à d’autres secteurs, touchés eux aussi par la précarité, les bas salaires et l’exploitation intensive. La grève des travailleurs de Gennevilliers est un exemple du potentiel explosif de la situation, propice au déclenchement de mouvements très suivis, forts d’une confiance nouvelle. La peur est bel et bien en train de changer de camp ! Soutien à tous les grévistes !




Mots-clés

Geodis   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe