×

Répression

Enedis n’est pas « au-dessus des lois » : rassemblement contre la répression syndicale en Gironde

Ce mercredi à Mérignac, une centaine d’énergéticiens étaient rassemblés pour soutenir Alex, employé CGT d’Enedis convoqué en conseil de discipline par sa direction. Deux autres travailleurs sont aussi convoqués prochainement. Stop à la répression syndicale !

Yann Causs

14 février

Facebook Twitter
Enedis n'est pas « au-dessus des lois » : rassemblement contre la répression syndicale en Gironde

Crédit photo : FNME CGT Aquitaine

Ce mercredi à Mérignac, Alex, employé CGT d’Enedis, était convoqué par sa direction pour une première commission secondaire siégeant en matière de discipline. Une centaine d’énergéticiens étaient rassemblés en soutien au syndicaliste et à deux autres travailleurs, Christophe et Adrien, qui comparaîtront eux aussi devant la direction demain et le 7 mars prochain. Alors que ces procédures disciplinaires peuvent aller jusqu’au licenciement, les énergéticiens sont venus de l’ensemble de la région pour exprimer leur solidarité et dénoncer la répression qui s’acharne contre ce secteur pour les actions «  Robin des bois  » menées durant les mobilisations.

Les syndicalistes dénoncent « un employeur se considère au-dessus des lois », comme l’explique Virginie, Secrétaire adjointe CGT 33, au micro de Révolution Permanente, « Il faut déjà comprendre que deux d’entres eux sont passés en procédure judiciaire au tribunal correctionnel de Bordeaux qui les a relaxé. Donc malgré cela, notre employeur décide de les mettre en conseil de discipline chez nous pour les mêmes faits du tribunal pour lesquels ils sont relaxés. » Elle ajoutera lors de sa prise de parole, «  Enedis compte-t-il se faire justice lui-même ? »

La semaine dernière, le parquet de Bordeaux, accompagné d’Enedis et de l’hôpital Saint Andrés, a fait appel à la décision du tribunal correctionnel pour Alex et Christophe, deux énergéticiens bordelais. Alors qu’ils avaient été relaxés en janvier, un nouveau procès aura donc lieu pour «  mise en danger de la vie d’autrui et dégradation aggravée du bien d’autrui ». Une situation qui témoigne de l’acharnement que subissent les syndicalistes au plan national, et tout particulièrement les énergéticiens : sur les 1 000 militants de la CGT poursuivis en justice après le mouvement des retraites, 400 sont énergéticiens.

Plus largement, comme l’affirme Virginie, «  nous assistons aujourd’hui à une vague extraordinaire de répression et de mesure de discipline dans nos entreprises au travers d’action policière et judiciaire. C’est l’ensemble du monde du travail qu’ils veulent mettre au pas.  » Il s’agit, selon Sophie Binet de la CGT, d’une vague de répression anti-syndicale «  inédite depuis l’après-guerre.  »

Des déclarations qui font écho au climat policier que tente d’installer des secteurs du patronat français. L’entreprise Neuhauser, par exemple, n’a pas hésité à faire appel à la gendarmerie pour empêcher la présence de Christian Porta, délégué syndicale CGT, mis à pied à titre conservatoire la semaine dernière à la veille d’une grève pour les NAO. Une répression féroce qu’on retrouve également sur le site de Roissy où le secrétaire général de l’UL CGT a été licencié par sa direction.

Face à cet acharnement inédit, la CGT énergie 33 affirme à raison «  qu’il faut réaffirmer notre unité, celle du monde du travail, des salariés et des privés d’emploi. Il faut leur rappeler que la richesse de ce pays c’est nous, eux ils sont rien  ».

La CGT énergie 33 donne à nouveau rendez-vous ce jeudi 15 février et le 7 mars prochain à partir de 12h devant le siège d’Enedis à Mérignac pour soutenir Christophe et Adrien convoqués en conseil de discipline. Le syndicat a également lancé une pétition afin d’exiger l’arrêt des procédures disciplinaires à Enedis, qui a déjà a 2 500 signatures. Elle est à retrouver et à signer ici !


Facebook Twitter
Dassault Aviation. Un militant CGT harcelé et menacé de licenciement pour la deuxième fois

Dassault Aviation. Un militant CGT harcelé et menacé de licenciement pour la deuxième fois

« Les conséquences sociales s'annoncent désastreuses » : 700 postes supprimés chez ExxonMobil

« Les conséquences sociales s’annoncent désastreuses » : 700 postes supprimés chez ExxonMobil


Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

Licenciements des fonctionnaires : le plan « sans tabou » de Guérini pour en finir avec le statut

Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports

Offensive : le Sénat adopte une loi antigrève historique dans les transports

Emploi des seniors : des négociations vouées à l'impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Emploi des seniors : des négociations vouées à l’impasse qui ouvrent la voie aux offensives de Macron

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud'hommes

Mise en danger des salariés : 20 travailleurs de la maintenance assignent la RATP aux Prud’hommes

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l'une de leurs collègues

Chambéry. Des enseignant·e·s en REP+ en grève en soutien à l’une de leurs collègues

Education : les AG du 93 et d'Île-de-France appellent à la grève pour le 22 avril

Education : les AG du 93 et d’Île-de-France appellent à la grève pour le 22 avril