×

Répression syndicale

Le parquet et Enedis font appel après la relaxe des grévistes de l’énergie : stop à la criminalisation !

Le parquet de Bordeaux vient de décider de faire appel dans le procès des deux syndicalistes CGT énergie relaxé par le tribunal début janvier. Dans le même temps, la direction d’Enedis poursuit en interne ses intimidations. Solidarité !

Marc Iñaki

7 février

Facebook Twitter
Audio
Le parquet et Enedis font appel après la relaxe des grévistes de l'énergie : stop à la criminalisation !

Crédits photo : Révolution Permanente

L’acharnement répressif à l’encontre des syndicalistes de la CGT énergie 33 n’en finit pas. En effet, alors que le tribunal correctionnel de Bordeaux, sous la pression des mobilisations, prononçait début janvier la relaxe de Christophe et Alex dans le cadre des procès des opérations « Robin des bois » réalisées durant le mouvement contre la réforme des retraites, le parquet de Bordeaux, suivi d’Enedis et de l’hôpital Saint André, constitués parties civiles, ont décidé de faire appel à cette décision. Un nouveau procès aura donc lieu pour « mise en danger de la vie d’autrui et dégradation aggravée du bien d’autrui ».

Pour rappel, le procureur réclamait dix-huit mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 euros pour des actions de coupures d’électricité menés contre la réforme des retraites. L’action spécifiquement visée est celle du 23 mars qui avait touché l’hôpital Saint-André, le privant d’électricité durant quelques minutes à cause de son générateur de secours défectueux.

Derrière cet appel du parquet, l’État cherche clairement à poursuivre la criminalisation des syndicalistes de la CGT énergie qui ont lutté contre sa contre-réforme mortifère des retraites et plus largement combattent les politiques néolibérales du gouvernement en défense des services publics. À juste titre, la CGT énergie 33 dénonce dans un communiqué « un choix politique orchestré par nos dirigeants ». Pourtant, les véritables criminels dans l’histoire, ce ne sont pas les militants syndicaux et les travailleurs, ce sont au contraire les gouvernements successifs qui détruisent les services publics, et tout particulièrement l’hôpital public, depuis des années. Quoi de mieux comme symbole qu’un générateur de secours hors d’usage dans un hôpital public de centre-ville ?

Dans le même temps, la direction d’Enedis continue l’acharnement répressif en interne en convoquant Christophe, Alex et un troisième salarié d’Enedis, Adrien, en commission secondaire du personnel siégeant en matière de discipline. La procédure engagée peut ainsi mener jusqu’au licenciement. Une volonté « de vengeance » selon la CGT énergie 33, qui constitue selon eux une «  insulte au syndicalisme et à la liberté d’expression ». Dans son communiqué, le syndicat dénonce également l’hypocrisie de la direction qui en même temps de réprimer les syndicaliste « appel au dialogue social ».

Cette obstination répressive à l’encontre des énergéticiens prend corps dans une vague de répression plus large à l’égard des syndicalistes. Celle-ci fait écho aux intimidations et licenciements à Roissy, et plus largement à l’ensemble des poursuites qui ont touché le mouvement ouvrier après la défaite de la lutte contre la réforme des retraites. Dans ce cadre, plus de mille militant CGT ont été convoqué en justice.

Face à cette répression, la solidarité et la fermeté pour refuser toute condamnation ou licenciement demeurent primordiales. Bien plus, l’ensemble du mouvement ouvrier doit réagir et la lutte contre la répression syndicale doit faire l’objet de mobilisation nationale. Le 14, 15 février et le 7 mars, jours où les 3 salariés d’Enedis sont convoqués en commission par leur direction, la CGT énergie appel à des rassemblements sur le site d’Enedis à Mérignac « pour exiger l’arrêt des procédures de discipline ». Soyons nombreux pour manifester la plus large solidarité avec Christophe, Alexandre et Adrien !


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens