×

Décryptage

États-Unis. Des milliers d’emplois menacés à Stellantis : les directions syndicales ne répondent pas

Quelques mois après une grève historique dans les trois principales entreprises de l’automobile aux États-Unis, des milliers d'emplois sont menacés à Stellantis, mais cette fois, la direction du syndicat United Auto Workers ne réagit pas.

Facebook Twitter
États-Unis. Des milliers d'emplois menacés à Stellantis : les directions syndicales ne répondent pas

Crédit Photo : Maison Blanche // Adam Schultz Creative Commons

Nous traduisons un article publié le 2 février sur Left Voice

Au début du mois de septembre dernier, pour la première fois dans l’histoire, le syndicat United Auto Workers s’est simultanément mis en grève dans les trois principales entreprises du secteur de l’automobile : General Motors, Ford et Stellantis. Au bout de six semaines, la grève s’est terminée par un accord de principe controversé qui n’a pas reçu l’approbation totale de tous les membres de la base syndicale. Aujourd’hui, Stellantis fait ce que toutes les entreprises sous le capitalisme font pour conserver et maintenir leurs profits : licencier et réduire les effectifs. Sous la direction de Shawn Fain, le président de l’UAW, la grève n’est pas allée aussi loin qu’il le fallait. Seuls les travailleurs, organisés indépendamment de la bureaucratie syndicale et des partis démocrates et républicains, peuvent obtenir les revendications dont ils ont besoin.

Début décembre, Stellantis a annoncé à 1 225 travailleurs de Toledo, dans l’Ohio, et à 2455 travailleurs d’une usine Mack à Detroit que ceux-ci risquaient d’être licenciés en février. En outre, un courriel du vice-président de l’UAW, Rich Boyer, envoyé aux travailleurs, indiquait que seuls 1 957 employés intérimaires dans l’ensemble de l’entreprise et 900 à Toledo passeraient à temps plein en février, sur un total de 5 219. Ce statut est réservé aux nouveaux employés de Stellantis avant qu’ils ne soient officiellement embauchés à temps plein. Mais avant cela, ils reçoivent du travail moins régulier, risquent d’être licenciés, sont moins rémunérés et bénéficient de moins de protection sociale.

Le courriel de M. Boyer poursuit en indiquant que, en plus de licencier les travailleurs intérimaires qui n’ont pas travaillé assez longtemps dans l’entreprise ou dont les performances et les présences sont insuffisantes, l’entreprise réduit également le nombre d’intérimaires qu’elle conservera au cours des prochains mois, l’objectif étant de n’en garder qu’environ 500. Ce serait une bonne chose si l’entreprise prévoyait d’employer les autres à temps plein, mais au lieu de cela, elle les licencie en raison d’un soi-disant manque de travail. Ainsi, après avoir été embauchés dans l’espoir d’être plus rapidement transformés en employés à temps plein après le nouveau contrat, ces travailleurs sont maintenant licenciés.

Le 15 janvier, Stellantis a annoncé qu’elle allait licencier plus de 500 travailleurs indépendants et qu’ils n’auraient pas droit au chômage. Jodi Tinson, porte-parole de Stellantis, a déclaré : « Cette mesure permettra d’améliorer l’efficacité, la productivité et la compétitivité de nos installations sur le marché, dans le cadre de la mise en œuvre de notre plan stratégique Dare Forward 2030. » Le plan Dare Forward est l’approche de Stellantis en matière de capitalisme vert, sa tentative de « parvenir à un bilan carbone net zéro d’ici à 2038. »

Brian Keller, qui est un membre actif de l’UAW, a diffusé un direct de lui-même sur Facebook, commentant les licenciements annoncés et le manque d’initiative du syndicat. « L’accord de fin de grève a semé la discorde. Il n’est pas allé assez loin. Il n’a pas répondu aux besoins », a-t-il affirmé, avant d’ajouter : « Les démocrates et les républicains se moquent de nous. Les deux partis se sont servis de nous. »

Depuis la diffusion en direct de Keller, Shawn Fain a fait une déclaration sur les licenciements et les réductions d’effectifs, disant simplement : « Les entreprises ont joué à diviser pour mieux régner pendant des années, et maintenant elles le font à nouveau, en faisant souffrir les travailleurs les moins bien payés et en rejetant la faute sur le syndicat. Stellantis a les moyens de faire ce qu’il faut et d’ouvrir la voie à de bons emplois à temps plein dans l’automobile, mais elle choisit une fois de plus de remplir les poches de ses dirigeants et de ses actionnaires. » Toutefois, Shawn Fain se concentre actuellement sur l’intégration des usines du sud du pays dans le syndicat. Il est vrai que Shawn Fain est un dirigeant progressiste et militant : son soutien au cessez-le-feu à Gaza, entre autres, en témoigne. Cependant, l’UAW a aussi récemment soutenu Biden dans la campagne présidentielle, le responsable de milliards de dollars d’aide et d’armes à Israël pour mener à bien le génocide. En fin de compte, Fain est aux côtés des démocrates. Il est donc difficile de croire que ces réductions et ces licenciements « comme d’habitude » le motiveront, lui ou le syndicat, à agir.

Une fois de plus, la classe ouvrière supporte le poids du sacrifice, non seulement pour la façade du capitalisme vert afin que Stellantis puisse continuer à faire des bénéfices tout en apparaissant plus « éthique » et « respectueuse de l’environnement » aux yeux des actionnaires, mais aussi pour le maintien du statu quo dans le cadre du capitalisme. Si ces suppressions d’emplois interviennent si peu de temps après la grève, c’est tout simplement parce que le capitalisme est censé fonctionner de la sorte, pour que les entreprises fassent des bénéfices. Le seul moyen de mettre fin à ce fonctionnement et d’aider les travailleurs est que ces derniers s’organisent eux-mêmes.

Ce dont la base a besoin, c’est de s’organiser indépendamment de la bureaucratie, de Shawn Fain, des démocrates et des républicains, entre eux. La base a besoin de comités de grève indépendants, auto-organisés et démocratiquement élus, sans influence ni contrôle de la bureaucratie syndicale. De cette façon, les décisions peuvent être prises par et pour les travailleurs.

Si la grève avait été contrôlée par la base à partir de la base, elle se serait poursuivie, davantage de gains auraient été obtenus et les licenciements auraient pu être évités. Cependant, l’accord de transfert a été ratifié et les travailleurs ont repris le travail. Aujourd’hui, comme la grève a été contrôlée et que toutes les décisions stratégiques ont été prises par Shawn Fain et la bureaucratie, les travailleurs sont à la merci des patrons et n’ont pas l’organisation nécessaire pour agir, à moins que le syndicat ne le juge bon. Et à l’heure actuelle, le syndicat ne semble pas se soucier le moins du monde de ces travailleurs licenciés.


Facebook Twitter
Les bourgeoisies arabes monnayent leur soutien au nettoyage ethnique de Gaza

Les bourgeoisies arabes monnayent leur soutien au nettoyage ethnique de Gaza

Alerte de l'ONU : Tsahal coupable de viols, humiliations et exécutions de femmes et d'enfants

Alerte de l’ONU : Tsahal coupable de viols, humiliations et exécutions de femmes et d’enfants

Augmentation du salaire minimum : non le président argentin n'a pas fait de cadeau aux travailleurs !

Augmentation du salaire minimum : non le président argentin n’a pas fait de cadeau aux travailleurs !

« S'il est extradé, il mourra » : dernier recours pour Julian Assange face à l'acharnement des Etats-Unis

« S’il est extradé, il mourra » : dernier recours pour Julian Assange face à l’acharnement des Etats-Unis

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Israël continue de bombarder une population affamée et bloquée à Rafah

Israël continue de bombarder une population affamée et bloquée à Rafah

Argentine. +300% pour le ticket de bus, Milei saigne les classes populaires

Argentine. +300% pour le ticket de bus, Milei saigne les classes populaires

Famine, maladies, misère : la catastrophe humanitaire s'approfondit à Gaza

Famine, maladies, misère : la catastrophe humanitaire s’approfondit à Gaza