^

Monde

Cours suprême

Etats-Unis. Ocasio Cortez et 16 autres parlementaires arrêtées durant une action en faveur du droit à l’avortement

Mardi dernier, une manifestation prenait place face à la très réactionnaire Cour suprême. Pour disperser la manifestation, la police a arrêté 17 députés du Parti démocratique et près de vingt autres personnes. La « meilleure démocratie du monde », comme le dit Biden, n'autorise même pas un sit-in pacifique pour le droit fondamental de décider d'interrompre librement une grossesse. Face à cette répression, comment reconquérir le droit à l’avortement aux USA ?

mercredi 20 juillet

La police du Capitole (à Washington D.C.) a interrompu mardi après-midi une action organisée par des congressistes de gauche du parti démocrate. Outre Alexandria Ocasio Cortez, cette force répressive a également arrêtée plusieurs autres membres du Congrès des environs de la Cour suprême, notamment Carolyn Maloney, Nydia Velazquez, Jackie Speier et Bonnie Watson Coleman, ainsi que d’autres femmes qui participaient à la manifestation.

Ce corps de police (qui opère uniquement dans le district du Capitole) précise sur tweeter : « Nous avons procédé à un total de 35 arrestations pour avoir généré une foule qui a entravé la circulation, ce nombre d’arrestations inclut 17 membres du Congrès ».

La principale puissance impérialiste qui ne cesse de mettre en avant des arguments "démocratique" comme prétexte à ses interventions militaires et ses "pressions" économiques et politiques sur d’autres pays, n’hésite pas à briser en interne une action (un sit-in pacifique) qui militait pour le droit à l’avortement, arrêtant même des membres du Congrès. Un exemple de plus de ce qu’est réellement la "meilleure démocratie du monde", dont le visage le plus féroce est déjà perceptible presque tous les jours avec les meurtres d’Afro-Américains ou encore le traitement des migrants.

Ocasio Cortez et les autres congressistes avaient organisé cette action devant la Cour suprême pour s’opposer à sa décision totalement réactionnaire du 24 juin, d’annulé l’arrêt Roe v Wade de 1973 qui autorisait l’avortement. En raison de cette décision, toutes les femmes enceintes désirant avorter seront désormais criminalisées dans plus de la moitié des États du pays.

Nécessairement, les femmes travailleuses et les femmes les plus précaires seront les plus touchées, car elles n’ont pas les ressources nécessaires pour se rendre dans un État où un avortement peut être pratiqué légalement.

Contre la répression et pour une véritable mobilisation de masse pour le droit à l’IVG sûr, légal, gratuit

On a pu voir, durant les premières mobilisations après la suppression de l’arrêt Roe vs Wade, d’importants symboles des luttes féministes internationales, et notamment l’écharpe verte, typique des mobilisations d’Amérique latine (et notamment d’Argentine) en faveur du droit à l’avortement. La reprise de ces symboles est très progressiste, car les luttes d’Amérique latine et leur succès ont été le résultat d’un rapport de force important, passant par des mobilisations massives dans la rue.

Si nous dénonçons la répression à l’encontre des élus démocrates qui se sont mobilisés, ce mardi, devant la cour Suprême, cela n’empêche pas de discuter des modalités et perspectives de leurs actions. En effet, il n’y a toujours pas de leur part une volonté politique de promouvoir les mobilisations afin que des centaines de milliers, des millions, soient dans les rues pour lutter pour ce droit.
Même avec un discours enflammé en faveur de ce droit élémentaire, l’aile gauche des démocrates est toujours subordonnée à la stratégie d’establishment de leur parti (les Clinton, les Obama, les Biden) consistant à la fois à freiner les manifestations pour empêcher tout mouvement indépendant, tout en reportant la lutte sur le terrain électoral.

C’est ce qui se passe actuellement à l’approche des élections de mi-mandat, le 8 novembre, où un tiers du Sénat et la totalité de la Chambre des représentants seront renouvelés, en pleine crise de l’administration Biden. C’est dans ce contexte que l’aile gauche du parti démocrate, n’a pas encouragé une protestation massive, à part cette petite action face à la Cour suprême et appel en dernière instance à voter à nouveau pour les démocrates délaissant les mobilisations sociales.

C’est tout le contraire de ce qui a été fait à travers le monde lors que des droits ont été arrachés. On pense aux centaines de milliers de femmes qui se sont mobilisés dans la rue en Argentine autour de la vague verte : loin des arrangements dans les couloirs parlementaires, c’est la pression populaire qui a forcé l’inscription dans la loi de ce droit. C’est ce type d’exemple que devront suivre les Américaines pour garantir à nouveau leur droit élémentaire !

Traduction et adaptation d’un article initialement paru sur La Izquierda Diario->https://www.laizquierdadiario.com/La-Policia-de-EE-UU-detuvo-a-17-diputadas-en-una-accion-por-el-derecho-al-aborto]



Mots-clés

Avortement   /    IVG   /    Droits des femmes   /    Amérique latine   /    Etats-Unis   /    Répression   /    Monde