^

Politique

Contre les violences policières

Face au syndicat policier Alliance et contre le permis de tuer : un contre-rassemblement à Paris ce lundi

Le syndicat de police Alliance appelle à un rassemblement en soutien au policier mis en examen pour avoir tué deux jeunes hommes à Paris le soir du second tour. Face à ceux qui réclament un permis de tuer pour la police, familles de victimes et collectifs contre les violences policières appellent à un contre-rassemblement à 12h place de la Fontaine Saint-Michel à Paris.

vendredi 29 avril

Crédit Photo : AFP

Dimanche 25 avril, quelques heures après les résultats de l’élection présidentielle, un policier a abattu deux jeunes hommes noirs de 25 et 31 ans dans un véhicule au niveau du Pont Neuf à Paris. Le policier, qui invoque un « refus d’obtempérer » a tiré une dizaine de cartouche de fusil d’assaut HK G36, une arme de guerre. Trois jours plus tard, mercredi 27 avril, il a été mis en examen pour « homicide volontaire ». Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de porter une arme, mais n’a pas été interdit d’exercer. Un énième crime policier raciste, un mois après la mort de Jean-Paul tué par balles par la police à Sevran.

Suite à cette décision, le syndicat de police Alliance a contesté la décision de justice et a appelé à un rassemblement en soutien au policier tueur, pour revendiquer la « présomption de légitime défense ». Ce syndicat est connu pour avoir organisé des manifestations de policiers pour revendiquer davantage de cadeaux pour les policiers et toujours plus de mesures sécuritaires et ce alors que le gouvernement de Macron s’est déjà montré très actif en la matière.

La « présomption de légitime défense » revendiquée par le syndicat de police constitue ni plus ni moins qu’un « permis de tuer ». Une mesure qui a d’ailleurs été portée dans la campagne présidentielle par Marine Le Pen et Éric Zemmour. Une telle revendication vise à inscrire dans la loi la non-culpabilité automatique et systématique des policiers dans les cas de crimes et violences policières. Et ce alors que l’impunité policière est déjà systématique, puisque les policiers ayant commis des violences et des crimes racistes ressortent systématiquement blanchis par leur hiérarchie et la justice. Cet appel du syndicat de police constitue ainsi une véritable provocation.

Contre cette offensive réactionnaire du syndicat de police Alliance qui comme à son habitude crache à la figure des familles de victimes de violence policière et en profite pour demander l’instauration d’un permis de tuer pour les policiers, des collectifs de lutte contre les violences policières comme Urgence Notre Police Assassine (créé par Amal Bentounsi, sœur d’Amine Bentounsi tué d’une balle dans le dos par la police en 2012), le comité Vérité et Justice pour Souheil (jeune homme de 19 ans tué par la police à Marseille), le collectif les Mutilé.es pour l’exemple (collectif de blessés par la police lors du mouvement des Gilets Jaunes) ou encore l’Observatoire National contre les violences policières, appellent à un contre-rassemblement ce lundi 2 mai à 12h à la fontaine Saint-Michel à Paris. A l’endroit et à l’heure même du rassemblement du syndicat Alliance.

Comme l’ont montré les mobilisations historiques à l’appel du Comité Adama en juin 2020, ou plus récemment lors de la mort de Jean-Paul à Sevran où les jeunes de la ville s’étaient révoltés pendant plusieurs jours pour aboutir à la mise en examen du policier auteur du coup de feu, Face aux violences policières et au racisme d’État, c’est par la mobilisation dans la rue qu’il est possible d’obtenir justice et vérité.



Mots-clés

rassemblement   /    Répression policière   /    Comité Vérité et Justice   /    Police   /    impunité policière   /    #BlackLivesMatter   /    Violences policières   /    Politique