×

Solidarité

Gazage, tabassage, caisse de grève volée… La police réprime les grévistes d’Emmaüs de la Halte-Saint-Jean

Gazage, tabassage, vol de la caisse de grève… La police est venue réprimer ce jeudi les compagnons d’Emmaüs à Saint-André-lez-Lille, qui entament leur 146ème jour de grève. Solidarité avec les grévistes !

Alexis Taïeb

23 novembre 2023

Facebook Twitter
Audio
Gazage, tabassage, caisse de grève volée… La police réprime les grévistes d'Emmaüs de la Halte-Saint-Jean

Crédit photo : capture d’écran sur X @JeremieRochas

Après 146 jours de grève, la direction a décidé de passer un cap dans la répression des compagnons d’Emmaüs Saint-André-lez-Lille. Après avoir assigné au tribunal sept grévistes, Said Bouamama et l’Union Départementale CGT nord 59 et avoir coupé les vivres et le chauffage des sans-papiers, cette fois c’est la police qui a été envoyée par la préfecture et la direction locale d’Emmaüs pour réprimer dans leur chair les grévistes.

Dans une vidéo publiée par Jérémie Rochas, journaliste indépendant, sur X (anciennement Twitter), on voit plusieurs compagnons gisant à terre. La police aurait usé de gaz lacrymogène et tabassé et blessé de nombreux grévistes. Depuis le début de l’opération ce matin, les sans-papiers sont dans l’impossibilité de sortir des lieux. Deux d’entre eux ont été hospitalisé, dont une femme atteinte d’une tumeur.

Alors que les compagnons vivent dans une grande précarité accentuée par la grève, la police a également saisi leur caisse de soutien. Une façon d’accentuer la pression contre les grévistes et symbole de la volonté de la direction de tout faire pour tenter d’arrêter le mouvement, alors que les grévistes ont des enfants à nourrir. « Ils ne savent pas comment leurs enfants mangeront ce soir » écrit sur X Jérémie Rochas.

La police n’a reçu aucun ordre de réquisition de la part du tribunal apprend-on également. Les policiers déclarent être « simplement » là pour empêcher les sans-papiers « d’installer leur piquet de grève ». Une fois encore, la police montre dans quel camp elle se situe et qu’elle n’a aucun problème à contourner les lois lorsque cela lui permet de mieux réprimer.

Dans un communiqué de presse commun de la confédération CGT, de l’UD CGT du Nord et de la fédération CGT des organismes sociaux, les organisations syndicales dénoncent la répression, dont l’ordre émanerait directement du préfet. On y apprend également que les forces de police ont saisi le matériel syndical et continue ainsi de criminaliser le soutien apporté aux grévistes.

Face à cette répression, la solidarité avec les compagnons et leur lutte doit être la plus large !


Facebook Twitter
Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Forvia, géant de l'automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires

Forvia, géant de l’automobile, supprime 10 000 postes pour payer ses actionnaires

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l'espace

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l’espace

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Vague de faillites d'entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Vague de faillites d’entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Les médias contre la grève à la SNCF : une campagne au service du patronat

Les médias contre la grève à la SNCF : une campagne au service du patronat

Deux grévistes sans-papiers d'Emmaüs Saint-André-lez-Lille en garde à vue, solidarité !

Deux grévistes sans-papiers d’Emmaüs Saint-André-lez-Lille en garde à vue, solidarité !

Casse de l'hôpital : une femme de 66 ans meurt après 10 heures d'attente aux urgences

Casse de l’hôpital : une femme de 66 ans meurt après 10 heures d’attente aux urgences