×

Guerre sociale

Généralisation du RSA conditionné : une offensive historique contre le monde du travail

A l’occasion de son discours de « politique générale », le premier ministre a annoncé de nouvelles offensives contre les plus précaires. Au programme notamment : la généralisation du conditionnement du RSA à 15 heures d’activité d’ici à 2025 et de nouvelles réductions du droit au chômage.

Lorélia Fréjo

30 janvier

Facebook Twitter
Audio
Généralisation du RSA conditionné : une offensive historique contre le monde du travail

« Pour réussir, je veux déverrouiller l’accès au travail, déverrouiller notre société. (…) Dans 18 départements, nous avons lancé une expérimentation qui conditionne le RSA à 15 heures d’activité pour l’insertion. Je vous annonce que nous généralisons ce dispositif à tous les départements de France d’ici le 1er janvier 2025 ». Ce mardi 30 janvier, Gabriel Attal prenait la parole devant l’Assemblée nationale pour annoncer la feuille de route de son gouvernement. Dans un Paris bloqué par les agriculteurs, le chef du gouvernement a profité de l’occasion pour préciser son projet et décliner les offensives autoritaires et les attaques anti-sociales qu’il entend mener en 2024.

Derrière les formules creuses du nouveau premier ministre se concrétise une nouvelle attaque d’ampleur contre les plus précaires, déjà expérimentée depuis le mois d’avril dans 18 départements. En annonçant la généralisation du conditionnement du RSA à 15 heures d’activité pour janvier 2025, le gouvernement entend, dans la droite lignée des différentes réformes de l’assurance chômage du premier quinquennat, accroitre de façon brutale les contraintes qui pèsent sur les chômeurs.

En clair, en prévoyant de suspendre le versement de l’allocation à ceux qui refuseraient de se plier à la mesure, le gouvernement promet de plonger dans l’extrême pauvreté des dizaines de milliers de foyers. Alors qu’il s’agira désormais, pour continuer de percevoir les indemnités du RSA, de forcer les bénéficiaires à des activités contraintes qui pourraient aller jusqu’à du travail gratuit comme en témoignent les différentes expérimentations, cette mesure est profondément pro-patronale. Menacés de radiations massives, les bénéficiaires du RSA seront forcés de retourner quoiqu’il en coûte sur le marché du travail et d’accepter n’importe quel emploi, notamment les plus difficiles.

Dans cette droite lignée, le chef du gouvernement a également déclaré vouloir supprimer l’allocation de solidarité spécifique que touchent 300 000 chômeurs de longue durée, pour la remplacer par le RSA. Cette allocation est pourtant plus élevée que ce dernier et permet aux chômeurs de continuer de cotiser pour la retraite. Son « basculement » en RSA, désormais conditionné, aura des conséquences graves pour les plus précaires. Cette attaque ne sera pas la seule, le premier ministre ayant également annoncé vouloir poursuivre la réforme de l’assurance chômage soi-disant pour « répondre aux défis des emplois non pourvus »

Présentées comme un moyen de « combattre les trappes à inactivité », ces attaques sur les plus pauvres constituent une attaque historique contre l’ensemble du monde du travail en même temps qu’un affichage politique. Alors que l’inflation continue de peser sur le portefeuille des travailleurs, le gouvernement cherche à cibler les chômeurs et allocataires du RSA, quelques mois après le vote d’une Loi Immigration profondément réactionnaire, pour détourner la colère du monde du travail contre les plus précaires. Une façon de niveler par le bas les conditions de travail de tous les travailleurs en les soumettant toujours plus à l’arbitraire patronal. Contre la tentative grossière du gouvernement qui cherche à faire payer aux plus pauvres ses réformes austéritaires, il y a plus que jamais urgence à s’organiser collectivement pour répondre à ce massacre social.


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Réponse d'une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

Réponse d’une cheminote au PDG de la SNCF : « il cherche à monter les usagers contre les grévistes »

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d'ensemble !

Education. Face au projet mortifère de Macron, il faut construire une réponse d’ensemble !

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »