^

Culture et Sport

Financement participatif

Interview vidéo. Film sur le combat des ouvriers de Ford Blanquefort contre la fermeture de leur usine

Depuis trois ans, Nicolas Beirnaert et Jamila Jendari suivent les ouvriers de Ford dans leur lutte contre la fermeture de leur usine. Aujourd’hui, ils co-réalisent un film qu’ils sont sur le point d’achever, après avoir accumulé plus de 300 heures de rushes et ont lancé un financement participatif pour terminer leur projet. Nous les avons rencontrés.

lundi 15 avril

Dans les manifs, dans les bureaux, ou encore en les suivant à Paris ou à Cologne, Nicolas Beirnaert et Jamila Jendari ont accompagné partout où ils allaient les ouvriers de Ford Blanquefort, en les filmant pendant une longue période de trois années, au cours desquels ils ont pu nouer une véritable relation de confiance avec les ouvriers de Ford. Cette proximité qu’ils ont pu acquérir, que ne connaissent aucun médias traditionnels, leur a permis de les suivre au quotidien, notamment dans leur travail de syndicalistes, scènes habituellement fermées au public – à l’exception de leurs tâches dans l’usine qui est strictement interdite d’accès. Si les scènes les plus spectaculaires du combat des Ford ont parfois reçu l’attention des grands médias, les caméras de Nicolas Beirnaert et Jamila Jendari les ont accompagné des moments « les plus soporifiques » aux plus intimes, comme nous l’ont confié les réalisateurs. C’est ainsi un combat au long cours qu’il s’agit de raconter, qui tout le monde l’espère, va aider les ouvriers dans leur guerre contre la fermeture de l’usine de Blanquefort. 

Un combat semé de victoires et de défaites, mais qui démontre une la détermination sans faille d’ouvriers qui ont combattu les menaces de la direction de Ford, un patronat qui, comme celui de BMW ou encore Nissan, c’est-à-dire de la majorité du secteur automobile, n’hésite pas à réaliser des « restructurations » sous prétexte que le marché change, au détriment de milliers de travailleurs qui perdent leur emploi. Pour Blanquefort, c’est une fermeture scandaleuse qui s’annonce, en août prochain, après les deux rejets de proposition par la direction de reprise de Punch Powerglide, car cela leur revient moins cher de mettre la clef sous la porte, après avoir pourtant bénéficié de millions d’euros de subventions de l’État, et d’avoir atteint un chiffre d’affaires qui se compte en milliards de dollars. 

Le travail sans relâche des ouvriers qui ont combattu contre ces licenciements d’environ 900 salariés et 3000 emplois induits sous-traitants n’est pas terminé face aux géants que sont la multinationale Ford et L’Etat français. En effet si ce dernier, maintient ses discours démagogiques contre la direction de Ford, c’est bien le gouvernement qui a finalement accepté le Plan de Sauvegarde d’Emplois (PSE) qui promet licenciements et précarité à une bonne partie des ouvriers qui travaillent pour certains depuis plusieurs dizaines d’années sur le site.

« On a bien vu dans l’Histoire que c’est toujours un rapport de force. Et ce qu’on gagne c’est des conquêtes, et ça, ils [les ouvriers] le savent très bien. » Jamila Jendari sur Far-Ouest

Ce combat, comme le dit Nicolas Beirnaert, « il faut le raconter ». Un combat qui dure depuis aujourd’hui une quinzaine d’années, et qui, malgré le plan social validé ne cesse pas. C’est ce qu’ont voulu montrer au grand jour les deux co-réalisateurs, en les suivant dans leurs « multiples métiers », celui d’ouvrier et de syndicaliste.

Le tournage devrait maintenant s’achever, après plus de 300 heures de rushes, accumulés sur trois années, mettant au coeur de ses images l’ensemble des ouvriers, et notamment l’équipe de CGT Ford qui est le syndicat majoritaire, dont Philippe Poutou, ex-candidat aux élections présidentielles pour le NPA. 

Pour achever leur film et qu’il puisse voir le jour, l’équipe appelle aux dons en lançant un financement participatif. Nous invitons tous nos lecteurs à y participer pour permettre à ce film de combat de voir le jour. Un film à montrer partout, pour garder une trace de l’Histoire de notre classe, raconter les luttes d’ouvriers qui, face à leurs patrons, n’ont cessé de relever la tête. 

Le lien vers le financement participatif : https://www.helloasso.com/associations/raffut/collectes/financement-participatif-du-documentaire-ford-blanquefort




Mots-clés

Usine   /    Ford   /    Philippe Poutou   /    Vidéo   /    Bordeaux   /    Cinéma   /    Culture et Sport