×

Casse de l'hôpital

« Ils meurent plus vite qu’ils ne devraient » : les hospitalier.e.s de Broca mobilisés pour plus de moyens

Les salariés de l’hôpital gériatrique Broca, dans le 13ème arrondissement, sont mobilisés depuis la rentrée contre le risque de fermeture de leur structure. Ils se sont rassemblés ce mardi 24 octobre devant le Ministère de la Santé pour demander à être reçus.

Mathias Lecourbe

27 octobre 2023

Facebook Twitter
« Ils meurent plus vite qu'ils ne devraient » : les hospitalier.e.s de Broca mobilisés pour plus de moyens

Crédits photo : AP-HP

Après une première réunion syndicale le 15 septembre dernier afin d’alerter les familles des patients et le personnel soignant sur la situation précaire de la structure, les salariés de l’hôpital Broca se sont rassemblés ce mardi 24 octobre devant le Ministère de la Santé pour demander à être reçus.

La mobilisation part du constat de la baisse continuelle des effectifs de soignants au sein du service. Les salariés ne savent même pas quels sont exactement les projets des autorités. Beaucoup d’entre eux ont été transférés ici après la fermeture d’autres centres hospitaliers gériatriques du sud-est parisien, et ont déjà fait l’expérience que le non-renouvellement du personnel et les baisses continuelles d’effectifs annoncent souvent, à terme, la fermeture d’une structure hospitalière.

La direction n’est pas là pour répondre aux besoins de la population. Elle est juste là pour répondre à des normes financières et rétablir le déficit.

Les hôpitaux gériatriques, comme toutes les structures de santé, sont soumis à des pressions au regroupement au sein d’hôpitaux plus grands afin de réduire les coûts liés au fonctionnement de plusieurs établissements de santé, ce qui revient à terme à supprimer des postes. Mais une particularité de la gériatrie est que les « soins de longue durée », apportés à des personnes âgées très dépendantes et nécessitant des soins médicaux importants, ou trop pauvres et isolées pour pouvoir se payer une chambre en Ehpad, sont très mal financés. Les pouvoirs publics cherchent à se débarrasser de ces services de soin, qui sont actuellement les services de Broca dans lesquels le sous-effectif est le plus marqué. Bruno, délégué syndical CGT de l’hôpital Broca explique au micro de Révolution Permanente : « La direction a décidé de fermer un nouveau service de SLD, on ne sait pas si elles veulent le transformer, mais ils l’ont décidé alors qu’il y a des listes d’attente énormes pour cette spécialité, et qu’il y a plein de patients qui n’ont pas de place et qui crèvent chez eux ! La direction n’est pas là pour répondre aux besoins de la population. Elle est juste là pour répondre à des normes financières et rétablir le déficit. »

La solution que promeuvent les pouvoirs publics est le passage en Ehpad, mais ces établissements sont nettement moins médicalisés : ils ne répondent pas aux besoins de toutes les personnes nécessitant des soins longue durée, et, en cas d’urgence, il faut transférer leurs résidents vers les urgences d’un hôpital, avec un risque de retard dans la prise en charge. Bruno poursuit : « Les Ehpad ne prennent en charge que les patients les plus légers. Et nous on a des patients beaucoup plus lourds dans le sanitaire, que les Ehpad ne veulent pas. Et là, soit c’est les familles qui s’en chargent, soit elles crèvent chez elles. À l’heure actuelle, l’hospitalisation à domicile ne peut pas prendre en charge ces patients. Il y en a beaucoup qui n’ont pas les soins adaptés, et on peut même dire qu’il y en a qui meurent à cause de ça ! Ils meurent plus vite qu’ils ne devraient ! C’est triste à dire mais c’est la réalité. On raccourcit la vie des personnes, et c’est proprement scandaleux. »

Face au risque de fermeture de l’hôpital, les salariés de Broca, comme ceux d’autres établissements de santé sont en lutte contre la casse du système de santé, qui arrive à un niveau critique comme le montrent la baisse de l’espérance de vie et la hausse de la mortalité infantile en France. Le rassemblement n’a pas permis d’obtenir un rendez-vous au Ministère : les gouvernements successifs ont tous mené des politiques de destruction du système de santé, et pour les faire reculer il faudra construire un rapport de force conséquent, pour lequel le soutien de la population aux soignants et la coordination des différentes structures de santé en lutte seront déterminants.


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France

Jeux olympiques, salaires : vers une forte mobilisation des cheminots le 21 mai en Île-de-France

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis