^

Politique

Violences policières

Impunité policière. Le syndicat policier Alliance appelle à manifester pour un permis de tuer

Suite à la mise en examen du policier qui a tué 2 jeunes hommes à l’arme de guerre le 25 avril dernier sur le Pont Neuf à Paris, le syndicat de police Alliance a appelé à un rassemblement pour soutenir le tueur et défendre la « présomption de légitime défense » pour la police. Une contre-manifestation a d’ores et déjà été appelée par des collectifs de lutte contre les violences policières.

vendredi 29 avril

Crédit photo : AFP

Il n’aura pas fallu attendre l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir pour que des syndicats de police réactionnaires recommencent à s’agiter. Ce mercredi 27 avril, le très droitier syndicat de police Alliance a appelé à un rassemblement le 2 mai prochain pour contester la mise en examen du policier qui a tué 2 frères dans une voiture à Paris le soir du dimanche 25 avril, quelques heures après les résultats de l’élection présidentielle.

Invoquant un « refus d’obtempérer », le policier a vidé une dizaine de cartouche de fusil d’assaut HK G36 sur le véhicule, laissant les deux jeunes hommes noirs de 25 et 31 ans pour morts et faisant un blessé grave. Le policier a été mis en examen mercredi pour « homicide volontaire » et a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de porter une arme. Mais il n’a pas été interdit d’exercer.

Dans la foulée le syndicat de police Alliance, connu pour ses positions proches de celles de l’extrême-droite a donc appelé à un rassemblement pour ce lundi 2 mai en soutien au policier mis en examen pour meurtre et revendique « la présomption de légitime défense » pour les policiers. Cette revendication, qui constitue ni plus ni moins une demande de permis de tuer des jeunes noirs et arabes, a été portée principalement par Marine Le Pen et Éric Zemmour lors de la campagne présidentielle. Ces derniers avaient d’ailleurs défilés à la tribune de ce syndicat lors de la campagne présidentielle en compagnie de Valérie Pécresse et Gérald Darmanin.

Cet appel à manifester et cette revendication de permis de tuer constitue une énième provocation réactionnaire de la part de ce syndicat de police quand on sait que les policiers coupables de violences ou d’homicide sont presque systématiquement blanchis par l’IGPN et la justice, et que le périmètre d’application de la légitime défense pour les policiers a été considérablement élargi ces dernières années, notamment sous le mandat de François Hollande (c’est également sous Hollande que les policiers avaient été dotés d’armes de guerre comme celle qui a été utilisée dimanche 25 avril). Mais cette revendication vise à inscrire dans la loi la non-culpabilité des policiers auteurs de violences et de meurtres racistes et garantir leur impunité déjà systématique.

Le syndicat Alliance n’en n’est pas à son coup d’essai en termes de provocations réactionnaires. Lors de l’affaire Michel Zecler, homme noir tabassé par la police et insulté de « sale nègre », le syndicat avait par exemple mis en ligne une cagnotte de soutien aux policiers mis en cause. Ce syndicat a également été à l’initiative de plusieurs manifestations de policiers afin de demander davantage de mesures sécuritaire et de renforcement de l’appareil policier, dans un contexte où le gouvernement Macron menait lui-même des offensives sécuritaires et montrait pâte blanche à ces mêmes syndicats de police.

Face à cet énième crachat à la figure des familles de victimes de violences policières et de toutes celles et ceux qui se sont mobilisés ces dernières années contre les violences policières et le racisme ; des collectifs comme Urgence notre police assassine et la marche pour la justice et la dignité appellent à un contre-rassemblement ce lundi 2 mai pour contrer le rassemblement réactionnaire appelé par le syndicat Alliance. Comme l’ont montré les différentes mobilisations antiracistes ces dernières années à l’échelle internationale, ou encore les mobilisations contre la loi sécurité Globale, seule la mobilisation et la construction d’un rapport de force permettent d’imposer la justice et la vérité et de mettre un frein à l’impunité policière et aux offensives sécuritaires.



Mots-clés

Répression policière   /    Police   /    manif de flics   /    impunité policière   /    Manifestation   /    Violences policières   /    Politique