^

Monde

Après la mort du général Soleimani

Les forces armées américaines et le Pentagone déclarés « terroristes » par l’Iran

Le parlement de Téhéran a amendé un texte de loi élargissant la déclaration de terroriste à l’ensemble des forces armées américaines, au Pentagone et à toute personne impliquée dans la mort du général Qassem Soleimani.

mardi 7 janvier

L’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran se poursuit. Alors qu’un texte de loi récent déclarait les forces américaines déployées de la Corne de l’Afrique à l’Asie centrale en passant par le Moyen-Orient comme terroristes, les députés du parlement de Téhéran a élargit cette définition à l’ensemble des forces armées américaines, au Pentagone et à toute personne impliquée dans la mort du général iranien Soleimani, ce mardi 7 janvier.

Une décision symbolique, mais significatif dans le contexte d’exacerbation des tensions entre Washington et Téhéran, qui alimente les craintes d’un conflit ouvert entre l’impérialisme américain et l’Iran, avec l’Irak comme terrain de guerre. Dans le même temps, des manifestations d’hommage monstre ont eu lieu sur l’ensemble du territoire iranien, causant même une trentaine de morts lors d’une bousculade lors des funérailles du général, mort lors d’une attaque américaine en Irak.

Une opération d’unité nationale qui se présente comme une réussite pour le régime iranien, et qui tient lieu de première réaction face à l’offensive militaire américaine. Ces manifestations regroupant des millions de personnes sont aussi la base permettant aux principaux dirigeants politiques, religieux et militaires iraniens de promettre à l’unisson une vengeance terrible contre les États-Unis. Un coup également porté vis-à-vis de la mobilisation légitime des masses irakiennes, qui manifestent depuis fin octobre pour la chute du régime et contre l’influence grandissante de l’Iran sur leur territoire.

Pour l’heure, il est difficile de savoir quelle sera la suite des événements. La situation est si instable et si tendue que de multiples scénarios ne sont pas à écarter, de l’affrontement direct entre l’impérialisme US et l’Iran, à des conflits plus « détournés » menés par Téhéran face aux alliés américains en passant par une forme de statut quo voir d’une forme de désescalade, même si ce scénario semble le moins d’actualité dans l’immédiat.

Ce qui est certain, c’est que les masses travailleuses et populaires du Moyen-Orient n’ont rien à attendre de ce conflit en gestation, et que leurs intérêts ne se trouvent ni du côté de l’impérialisme américain, ni du régime réactionnaire iranien qui vise à étendre et à consolider son influence dans la région. En ce sens, les masses et la jeunesse irakienne montrent la voie, contre leur propre régime et contre les ingérences extérieures, et c’est vers elles que doivent aller toute notre solidarité et notre soutien. En premier lieu en se mobilisant contre notre propre impérialisme, qui par la voix de Macron s’aligne totalement derrière la politique agressive de Trump.




Mots-clés

Iran   /    Irak   /    Proche et Moyen-Orient   /    Etats-Unis   /    Monde